Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

L’occitan langue internationale ?


Si ça se trouve, apprendre l’occitan aux écoliers leur sera aussi utile que d’acquérir l’anglais, sur la scène internationale. Gaussez-vous tant que vous voulez, il faudra bien considérer ce qui coule de source.



L’occitan langue internationale ?
Avec un budget en baisse drastique, l’Union Européenne va surement et logiquement réduire d’abord ses frais de communication, subitement vus comme superflus, quand ils étaient « essentiels » en période de vaches grasses.
 
Et, bien des élus européens s’en plaignent régulièrement, les coûts de traduction sont d’ores et déjà dans le collimateur des comptables du drapeau bleu étoilé. 

Parler avec un débit modéré, utiliser un vocabulaire simple...et lever les blocages psychologiques

Pas de souci pour l’anglais, évidemment. Pour les autres, tous les autres, c’est de plus en plus peau de chagrin.
 
Et c’est une erreur, et pas une petite. Bien sûr l’anglais est présent dans le cursus scolaire de tous les Européens. Le globish, ce sabir minimal, a donc toutes les chances de triompher.
 
Pourtant, l’italien écrit, ou même parlé, l’espagnol et le portugais, quand ils sont parlés lentement avec un vocabulaire simple, sont tout simplement compris par la plupart des autres latins, sauf quand ceux-ci se construisent une barrière mentale et décrètent qu’ils n’y entendent rien.
 
On connait bien ce phénomène, qui empêche des Provençaux de simplement imaginer qu’ils puissent comprendre la langue de leur pays, jusqu’à ce qu’ils ouvrent leurs oreilles tout en levant certaines barrières psychologiques.
 
Il y a quelques mois j’ai été soulagé quand un responsable portuaire de Gênes a choisi de parler dans sa langue au cours d’une réunion sur la pollution transfrontalière. Je le comprenais bien mieux que s’il avait cherché ses mots en anglais. Je ne parle pourtant pas italien.
 
Et il m’est alors revenu en mémoire cette histoire, que m’a racontée la femme d’un médecin lors d’un stage occitan, voici un petit bout de temps.
 
Elle avait accompagné son mari dans un congrès professionnel au Brésil (on ne refuse pas ce genre de voyage !).
 
Mais au cours du colloque de praticiens, subitement, le système de traduction simultanée tomba en panne.
 
Après un flottement anxieux, on trouva un conférencier pour se lancer en portugais…Il ne devait pas bien parler anglais celui-là. 

Il fut compris. L’Italien qui suivit fit de même, et s’exprima avec simplicité en italien. Et ainsi de suite car la plupart de ces docteurs venaient de pays à langue romane.
 
Arriva le tour du mari de madame. Il se dit que le français serait peut-être moins cousin de ces langues que son occitan natal. Et il utilisa celui-ci avec les mêmes règles : pas de vocabulaire compliqué, un débit modéré.
 
Sa communication étant aussi applaudie que celle de ses confrères italien et brésilien, il en déduisit que l’occitan était finalement une langue au destin international potentiel.
 
C’est certainement ce que les pontes de l’Education Nationale ne voudront jamais reconnaître en France. Mais puisque nous avons raison de le considérer, il faudra le leur dire un peu fort : avec un vocabulaire facile et en criant lentement. Of course.


Mercredi 14 Mai 2014
Michel Neumuller


Tags : occitan



1.Posté par Henry Leperlier le 15/06/2015 14:27
Em agrada molt el discurs en Brasil!

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.