Aquò d'Aqui



Pour votre journal c’est l’heure de vérité !

Assurer la succession de notre journaliste, faire plus et mieux pour vous proposer en occitan des contenus d’actualité de qualité, cela ne peut se faire sans votre aide. Et nous nous refusons à l’alternative de sa disparition. Nous pouvons compter sur vous ?

La langue occitane pour dire la société, c’est indispensable et les lecteurs d’Aquò d’Aquí en sont persuadés qui, non seulement s’abonnent à notre revue désormais bimensuelle, mais qui encore lui donnent le coup de pouce financier nécessaire quand nous le leur demandons.

 

Ils savent pourquoi ! Le prix de la revue ainsi reste bas, aussi grâce à eux retraités comme étudiants peuvent avoir accès à nos contenus, s’imprégner des valeurs occitanes, celles du respect réel de la diversité. Avec eux, la langue dira tout cela publiquement à une nouvelle génération.

 

Notre langue supposée morte par les croque morts hexagonaux respire encore grâce à vous.

 















            partager partager

L'Europe et ses langues minoritaires : protection, abandon, indifférence ?


Une émission de la radio publique France Inter a été consacrée le 11 septembre à la question des langues minoritaires en Europe, et à leurs rapports à la Communauté européenne.



Le député EELV François Alfonsi remet un rapport sur les langues minoritaires au Parlement Européen (photo MN)
Le député EELV François Alfonsi remet un rapport sur les langues minoritaires au Parlement Européen (photo MN)
Une émission de la radio publique France Inter, a été consacrée le 11 septembre à la question des langues minoritaires en Europe, et à leurs rapports à la Communauté européenne.

46 millions d'Européens parlent une langue minoritaire. En France elles sont théoriquement considérées par l'Etat, depuis leur entrée dans la Constitution du peuple français en 2008, mais en pratique aucun droit à entendre et utiliser sa langue en public n'est reconnu par la loi en France.

Autour du micro de France Inter, plusieurs députés européens de différentes nationalités, dont François Alfonsi (EELV, maire d'une commune corse).

"l'enseignement les langues régionales marchent, en particulier en Bretagne ou la fréquentation des cours a augmenté de 700% en quelques années" a dit un intervenant. "Il y a une demande".

"La préservation de ce patrimoine regarde tous les Européens" a souligné François Alfonsi, auteur d'un rapport au Parlement Européen sur la transmission des langues européennes. "Il faut investir pour compenser la perte de transmission familiale".

Miguel Martinez (député espagnol socialiste) laisse entendre que ces langues ont été victimes des Etats, "elles étaient majoritaires et non minoritaires à une époque récente".


En Belgique la question linguistique est certes problématique, a expliqué un député germanophone belge "mais on distingue ceux qui font de la diversité un problème et ceux qui en font un atout". On peut demander tout document en plusieurs langues et celà fait partie de la culture, a t-il ajouté. 

"La jeunesse plusieurs langue = plus de chances d'emploi!" a t-il conclu. Dans un pays marqué par le chômage, l'argument porte. "En faire un problème c'est nier la civilisation européenne".
Le parlement européen à Strasborg (photo MN)
Le parlement européen à Strasborg (photo MN)

Une manière de mieux s'intégrer ailleurs ?

Dans ce débat radiodiffusé, des auditeurs ont souligné qu'à l'heure ou de masters seront préparés en France en anglais, la Charte Européenne des langues minoritaires n'est pas signée: "deux poids deux mesures".

"Comment s'intégrer ailleurs quand on ne parle pas une langue régionale ? L'identité pour ceux qui voyagent c'est quoi?"
 demandera aussi una auditrice. La mobilité professionnelle doit-elle se conjuguer avec l'occitan, l'alsacien et le breton en changeant de poste?

Réponse du député belge : "faites cet effort, allez de l'avant, vous aurez un rapport aux gens qui sera plus riche".

Jeudi 12 Septembre 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de février mars

Aquò d'Aquí c'est d'abord un magazine d'actualité sociétale sur 28 pages sans publicités, et s'y abonner c'est disposer d'un média engagé pour la langue occitane dans sa diversité dialectale pour dire la société.

Ce numéro d'hiver vous propose bien entendu une évocation du poète et globe trotter Roland Pécout, de son histoire personnelle et de cette originalité qui a consisté pour l'essentiel à aller à la rencontre de l'autre (Afghanistan, Scandinavie, Amérique latine...) pour comprendre qui l'on était. L'homme et l'intellectuel avait plusieurs dimensions, dont l'analyse historique et littéraire d'oc n'était pas la moindre. Mais nous avons choisi de l'évoquer avec l'écrivaine et chercheuse Danielle Julien.

 

03/02/2024

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.