Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

L'Europe et ses langues minoritaires : protection, abandon, indifférence ?


Une émission de la radio publique France Inter a été consacrée le 11 septembre à la question des langues minoritaires en Europe, et à leurs rapports à la Communauté européenne.



Le député EELV François Alfonsi remet un rapport sur les langues minoritaires au Parlement Européen (photo MN)
Le député EELV François Alfonsi remet un rapport sur les langues minoritaires au Parlement Européen (photo MN)
Une émission de la radio publique France Inter, a été consacrée le 11 septembre à la question des langues minoritaires en Europe, et à leurs rapports à la Communauté européenne.

46 millions d'Européens parlent une langue minoritaire. En France elles sont théoriquement considérées par l'Etat, depuis leur entrée dans la Constitution du peuple français en 2008, mais en pratique aucun droit à entendre et utiliser sa langue en public n'est reconnu par la loi en France.

Autour du micro de France Inter, plusieurs députés européens de différentes nationalités, dont François Alfonsi (EELV, maire d'une commune corse).

"l'enseignement les langues régionales marchent, en particulier en Bretagne ou la fréquentation des cours a augmenté de 700% en quelques années" a dit un intervenant. "Il y a une demande".

"La préservation de ce patrimoine regarde tous les Européens" a souligné François Alfonsi, auteur d'un rapport au Parlement Européen sur la transmission des langues européennes. "Il faut investir pour compenser la perte de transmission familiale".

Miguel Martinez (député espagnol socialiste) laisse entendre que ces langues ont été victimes des Etats, "elles étaient majoritaires et non minoritaires à une époque récente".


En Belgique la question linguistique est certes problématique, a expliqué un député germanophone belge "mais on distingue ceux qui font de la diversité un problème et ceux qui en font un atout". On peut demander tout document en plusieurs langues et celà fait partie de la culture, a t-il ajouté. 

"La jeunesse plusieurs langue = plus de chances d'emploi!" a t-il conclu. Dans un pays marqué par le chômage, l'argument porte. "En faire un problème c'est nier la civilisation européenne".
Le parlement européen à Strasborg (photo MN)
Le parlement européen à Strasborg (photo MN)

Une manière de mieux s'intégrer ailleurs ?

Dans ce débat radiodiffusé, des auditeurs ont souligné qu'à l'heure ou de masters seront préparés en France en anglais, la Charte Européenne des langues minoritaires n'est pas signée: "deux poids deux mesures".

"Comment s'intégrer ailleurs quand on ne parle pas une langue régionale ? L'identité pour ceux qui voyagent c'est quoi?"
 demandera aussi una auditrice. La mobilité professionnelle doit-elle se conjuguer avec l'occitan, l'alsacien et le breton en changeant de poste?

Réponse du député belge : "faites cet effort, allez de l'avant, vous aurez un rapport aux gens qui sera plus riche".

Jeudi 12 Septembre 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 67

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.