Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Cantar lou Païs : chanter en ruralité


La 19è édition de ce festival dédié au chant choral aura lieu les 12 et 13 avril entre Seillans et Cabris, dans les hauts du Pays Niçois.



L’an passé quand Patrick Meyer a du négocier avec la Sacem pour publier un DVD reprenant les prestations des groupes du festival Cantar lou País, il a fait partie des rares organisateurs contents de payer.
 
 « En principe il s’agit de musique traditionnelle », on ne paie rien pour chanter en public ce qui est assez ancien pour tomber dans le domaine publi rappelle-t-il. « C’est le lot des musiques traditionnelles. Or, là 50% de ce que faisait le Festival était de la création ».
 
La dix-neuvième édition de Cantar lou Païs aura lieu les 12-13 avril 2014 entre les villages de Cabris et de Seillans, à cheval entre Var et Alpes Maritimes.
 
Deux défis y sont relevés chaque année : un festival tout entier dédié au chant, avec une large présence de l’expression occitane, et tout entier réalisé en ruralité.
 
Cette année, outre les rencontres du chant scolaire auxquelles plusieurs artistes prêteront leur concours, dont Jean-Louis Todisco, le festival accueillera le groupe vocal Misè Babiha, avec les niçoises de Stoufa Gari.
 
Il ne faudra pas rater la soirée consacrée  à Rose Salle, chanteuse et conteuse du haut pays, auquel Cantar lou Païs, également maison d’édition, a récemment consacré un ouvrage de Jean-Luc Domenge.
Misè Babilha (photo MN)
Misè Babilha (photo MN)


Mercredi 9 Avril 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possiblité, enfin débarassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.