Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Cantar lou Païs : chanter en ruralité


La 19è édition de ce festival dédié au chant choral aura lieu les 12 et 13 avril entre Seillans et Cabris, dans les hauts du Pays Niçois.



L’an passé quand Patrick Meyer a du négocier avec la Sacem pour publier un DVD reprenant les prestations des groupes du festival Cantar lou País, il a fait partie des rares organisateurs contents de payer.
 
 « En principe il s’agit de musique traditionnelle », on ne paie rien pour chanter en public ce qui est assez ancien pour tomber dans le domaine publi rappelle-t-il. « C’est le lot des musiques traditionnelles. Or, là 50% de ce que faisait le Festival était de la création ».
 
La dix-neuvième édition de Cantar lou Païs aura lieu les 12-13 avril 2014 entre les villages de Cabris et de Seillans, à cheval entre Var et Alpes Maritimes.
 
Deux défis y sont relevés chaque année : un festival tout entier dédié au chant, avec une large présence de l’expression occitane, et tout entier réalisé en ruralité.
 
Cette année, outre les rencontres du chant scolaire auxquelles plusieurs artistes prêteront leur concours, dont Jean-Louis Todisco, le festival accueillera le groupe vocal Misè Babiha, avec les niçoises de Stoufa Gari.
 
Il ne faudra pas rater la soirée consacrée  à Rose Salle, chanteuse et conteuse du haut pays, auquel Cantar lou Païs, également maison d’édition, a récemment consacré un ouvrage de Jean-Luc Domenge.
Misè Babilha (photo MN)
Misè Babilha (photo MN)


Mercredi 9 Avril 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.