Aquò d'Aqui


            partager partager

Barcelona escapa a d’atemptats mai pas ai debats sus l’Islam dins la societat


BARCELONE. La police a déjoué une série d'attentats dirigés par des jihadistes récemment convertis. Du coup la société, très ouverte, se demande comment faire avec l'islam.



Ramon Espadaler sur TV3CAT hier 9 avril (photo XDR)
Ramon Espadaler sur TV3CAT hier 9 avril (photo XDR)
Tot d’un còup Barcelona s’es endralhada dins lei debats que bràndan la societat francesa despuèi leis atemptats parisencs de la debuta de l’annada.
 
Onge jihadistas an estats arrestats lo 9 corrent d’abriu e son ara detenguts a Barcelona avans que d’èstre transferits a Madrid.
 
Segond lei Mossos d’Esquadres, polícia autonòma catalana tot d’un còup polícia de proximitat, de repressien e d’enquista, alestissián d’atemptats dins de luècs fòrça trevats de la capitala catalana : la plaça de Catalunya, lo centre comerciau deis Arenas, eu pròche de la plaça d’Espanha, o encara lo Parlament de Catalonha e lo complèxe de la polícia de Barcelona.

La mitat dei mosquèas radicalas espanhòlas en Catalonha

« Èron perfectament alinhats sus lei consinhas de l’Estat Islamic » a declarat Ramon Espadaler, lo conselhier d’Interior de la Generalitat de Catalonha, convidat per la TV catalana.
 
E d’ajustar qu’una bòna part deis presoniers èron de musulmans convertits despuèi gaire de temps.
 
Lo cap d’aquela còla reputada terrorista, es un perruquier catalan, Tòni Saéz, convertit a l’Islam i a quatre ans.
 
Segond Ramon Espadaler, la mitat dei cent mosquèas espanhòlas reputadas radicalas son catalanas.

« Li a un problèma de formacien deis imams », a sotalinhat sus la mema antena Mohamed Rafik Pallarès, un Catalan traductor, ce que pensava pas l’istorian Antòni Segura, de l’Universitat de Barcelona. « Aquéleis imams son catapultats dau defòra onte siguèt pagada sa formacien ». 
Le centre commercial très couru des Arenas figurait parmi les cibles potentielles du réseau démantelé (photo MN)
Le centre commercial très couru des Arenas figurait parmi les cibles potentielles du réseau démantelé (photo MN)

Jeudi 9 Avril 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.