De l’alfa e de l’òmega de la ciutat

Les habitants d'une ville doivent pouvoir officiellement co-construire les projets urbains. Faute de quoi, le jeu est fermé, et dangereux : des spéculateurs favorisent une équipe politique qui servira leurs intérêts. Et les conséquences peuvent être dramatiques.

Aperaquí detz mila personas dimècres de sera manifestavan còntre l’incuria dau municipe marselhès que laissa en risc d’espòutir mai que mai d’imòbles dau centre ancian.
De l’alfa e de l’òmega de la ciutat






            partager partager

Alidé Sans à Convivència (Arles) vendredi 13


ARLES. L'artiste aranaise chante en occitan. Dynamisme communicatif, textes sensibles et énergie à revendre pour une semaine arlésienne qui signe la continuation du festival Convivència, menacé par des suppressions de subventions.



Alidé Sans, ici avec Paulin Courtial, à Gap, voici onze mois (photo MN)
Alidé Sans, ici avec Paulin Courtial, à Gap, voici onze mois (photo MN)
Elle revient quasiment de Washington, où elle a joué au Smithsonian Folk Life Festival avec toute une équipe catalane. Et le 14 juillet elle chantera au Festival Catalan-Occitan d’Almacelles, en Catalogne. Mais la veille Alidé Sans sera sur la scène du festival arlésien Convivència.

Et si la scène le permet, c’est-à-dire si les micros sont au même niveau que le public, elle abolira cette scène. Aller, pieds nus, chanter à cinquante centimètres des gens, se déhanchant sous l’accordéon, ne lui fera jamais peur. Nous l’avons vérifié à Gap en août dernier. Le public le lui rend bien,  réceptif en diable aux histoires qu’elle développe avant de les chanter. Beaucoup, avec elle, en France, chantonnent leur premier bout de texte en occitan.
 
Alidé Sans, 25 ans, nous vient de la Val d’Aran, une vallée de 7 000 habitants, plus quelques centaines de bourgeois madrilènes qui aiment y faire du ski, et y achètent une résidence secondaire.
 
La Val d’Aran, c’est le seul lieu au monde où la langue occitane est enseignée de droit, et pas seulement par tolérance. Et, depuis 2014, sur tout le territoire de la Généralité de Catalogne, cet occitan aranais est langue officielle. Partout, le premier octobre dernier, lors du référendum catalan pour l’indépendance, l’occitan figurait sur les bulletins de vote.

Concert gratuit

Alidé Sans développe un chant très rythmé, et si elle dénonce le monde comme il ne va pas, elle nous parle aussi des relations humaines du quotidien, des portes qui ne s’ouvrent pas pour vous, des amours qui se défont, mais aussi parfois, et avec humour, des pirates saisis par la nostalgie des montagnes. Tout cela en occitan. Elle a de qui tirer, puisqu’elle est la fille de Josèp Lóis Sans, le président de l’Institut d’Etudes Aranais, l’organisme qui discute la politique culturelle en occitan de la Val d’Aran.
 
Comme toutes les propositions du Festival Convivència, celle-ci, vendredi 13 juillet à  midi, sera gratuite. Elle terminera une semaine consacrée aux musiques du monde, durant laquelle le public pourra aussi entendre les polyphonies de Chet Nuneta, ou les Sahariennes d’Illighabad, entre autres.
 
N’hésitez pas cependant à donner quelque chose. Convivència, cette année, s’est vue sucrer sa subvention régionale. La perte sèche aurait du lui être fatale, mais son public l’a sauvé du chaos, via les dons consentis par la plate-forme Hello-Asso.

Il s'agit donc de conforter ce moment précieux de la vie arlésienne, qui permet notamment de découvrir des artistes d'expression occitane de grande qualité.


Jeudi 5 Juillet 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

Marseille la tartuferie a assez duré

MARSEILLE. Etudiant en sciences politiques, Julien Bonnefont a consacré un mémoire au rapport entre urbanisme et population à Marseille au mitan des années 2010. Comme d’autres, il pointait à l’époque les risques induits par un laisser-aller des pouvoirs municipaux quant aux populations modestes de la ville-port.

Marseille la tartuferie a assez duré
Cinq morts à Marseille, et peut être davantage dans les heures et les jours à venir… Les secours sont à pied d’œuvre rue d’Aubagne pour sauver ce qui peut encore l’être après l’effondrement de trois immeubles en plein centre-ville en début de semaine.  


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.