Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

A Fuvèu lo festenau de teatre coma un mirau de la situacien de l’òc


FUVEAU. La 33èm édition du Festival de Théâtre Provençal s’est jouée dimanche 18 novembre à Fuveau. Rencontre avec des passionnés qui aiment la vie, la scène, mais s’expriment d’autant mieux qu’ils évoluent dans un écosystème favorable à la langue d’oc.



Dans la tradition galejaire, Lu Tridentin jouent Carras, une pièce où le passé rattrape les retraités qui se croient à l'abri (photo MN)
Dans la tradition galejaire, Lu Tridentin jouent Carras, une pièce où le passé rattrape les retraités qui se croient à l'abri (photo MN)
« Quin malestruch ! que pistachier  ! – E vos, ah ! podètz ben parlar… agachatz aqueu tafanari  ! m’estona gaire se podètz pas trobar un espós… - Oh ! siatz un fotràs, que ! »
 
Ah ! lo dialòg vòla bas dins la pèça tant pebrada coma deliciosa dei Fan Faroun de la Rado, una chorma tolonenca qu’a regalat lo public dau trenta-tresenc Festenau de Teatre de Fuvèu, consacrat a la lenga nòstra.
 
Es una pèça sus lo mau qu’a lo monde de se trobar un companhon per la vida. E avans tot èra un brave moment de franca rigolada. Un pauc mai tard, au bar dau ceucle Sant-Michèu, totjorn dins lo teatre dau vilatge de la Vau de Lar , rescontram leis actors, pas mai tristes que totara.
 
Elyette e Guiu, totei dos retirats, an de temps e de vòlha per escriure una pèça l’an, coma aquela Agènço matrimounialo, onte lo biais fantastic d’aver de fege dau pistachier Emile a fa petar dau rire la centena d’espectators.
 
« En veritat, començam per escriure une pèça de vint minutas, que farà ben una ora, un còp acabada amé totei leis apondons que li ajustam, cada setmana ai repeticiens » que nos vèn Guiu. Elyette, risolenta, ajusta qu’es « una brava bòssa de rire, que de trabalhar aquela mena de tèxte ». E de l’entendre tot parier !

"Trobar de monde que parla la lenga es un gròs problèma"

Mai se, cadun dei dos an de temps per aquò, la tropa que desplega un repertòri d’una quingena de pèças, « ara manca de monde a La Garda, e per jugar, e per parlar. Lo monde que trabalha a pas tant de temps, e siam a cercar un ròtle d’òme per nòstra pèça venènta » regreta Elyette.
 
« Segur qu’es un gròs problèma que de trobar de monde que parla la lenga. Pasmens la còla de L’Acamp dau Var, a La Garda, prepausa de cors de lenga, de dança, coma de teatre que siam nosautres que lei prepausam » que diu encara Guiu.
 
La familha fai plus passar la lenga, e l’Escòla, de reforma en reforma, totjorn que mens, amenusan lo monde joine que podriá parlar provençau sus lo pontin .

Amé lo chafaret dau monde que charra alentorn, lei gòts se vuejan au Ceucle, e Guiu de rementar que sa tropa es eiretiera de l’Escolo de la Targo, a Tolon, qu’aviam vist mai que d’un còp au Festenau de Teatre Provençau de Fuvèu, onte encara en 1999 siguèt premiada, coma en 1990 e 1986. Mai, la vida avança, pas per totei, que aquela chorma a despareissut : lo monde se fasiá vièlh, mai que d’un es mòrt… E, si a La Garda, la Comuna ajuda ben, am’un luec a dispausicien, rèsta que lo monde joine, afogat de la lenga, e qu’ajusta la vòlha au temps disponible, fa fauta.
 

Am'una politica en favor de la lenga se passa mielhs

Aquela mescla de mancas se vei sus scèna. Una pèça per dire lo monde rurau dau temps de la granda guèrra, tot ara a Fuvèu, mandava a l’armada d’actors valents, mai qu’an passat lei septanta ans. E lei joinas veusas an lo mume nombre d’ans.
 
Onte sembla viva la bolegadissa culturala per la lenga nòstra, li a de monde mai joine. Am’una farça ben pebrada ela tanben, la tropa dau Tridentin nos presenta una serventa ben dinamica de pas manco trenta ans, amé Eve Fumaroli, au mitan d’une còla de joines retirats… D’alhors èra lo tèma d’aqueu « Carras », onte lo monde retirat sembla perseguit per sa vida de festejaires infidèus.
 
Sabèm la vida teatrala en lenga nòstra animada d’un vertadier envam a Niça : entre Nissa per Touguiou, lo Teatre Francis Gag, lei pèças de l’Institut d’Estudis Occitans e una politica comunala onte un òme de teatre, - Joan-Luc Gagliolo – es en mume temps conselhier municipau.
 
A Fuvèu, tradicionau pielon de la creacien teatrala amatora en occitan de Provença, se pòu segur vèire coma va aqueu monde deis afogats. Quand li a una politica generala en favor de la lenga nòstra, se passa mielhs ; quand li a solament de monde afogat, pas tant ben, ni per ara, ni per l’avenir.
Li Leventi de l'Entracte, de la difficulté de trouver des jeunes gens pour jouer en provençal (photo MN)
Li Leventi de l'Entracte, de la difficulté de trouver des jeunes gens pour jouer en provençal (photo MN)

Mardi 20 Novembre 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí d'octobre arrive... abonnez vous vite !

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.