La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

Vos efforts nous sortent de l’ornière


Vous avez entendu, nombreux déjà, notre appel à vous abonner pour sauver Aquò d’Aquí. Poursuivez l’effort. Car désormais la sortie de crise est une perspective sacrément crédible, pour poursuivre l'aventure de la presse bilingue en Provence !



« Depuis une semaine, quand j’ouvre ma boîte à lettres chaque jour, j’en extrais une pile de lettres qui contiennent un chèque d’abonnement » nous dit Pascalina, qui s’occupe depuis des années de nos abonnés. « Je n’ai pas vu ça depuis longtemps, peut-être pas depuis 2001, quand nous avons relancé le journal ».

 
Vos efforts nous sortent de l’ornière

La remontée en flèche de vos abonnements rend la sortie de crise réaliste

Et elle ajoute : « ce qui est émouvant c’est que beaucoup font un don et écrivent quelques mots d’encouragement ; ce qui est étonnant c’est que nombre d'entre eux sont d’anciens abonnés, dont nous n’avions plus de nouvelles depuis des années. On est sacrément contents de les voir revenir ! »


En une petite quinzaine, vous avez ainsi été plus de 90 à retrouver le chemin d’Aquò d’Aquí, plus ceux qui, déjà abonnés, renouvellent leur confiance au moment où l’équipe de votre journal en a le plus besoin.
 
Bien que nous réservions l’essentiel de notre actualité à ce qui se passe, se dit ou se débat dans l’espace du provençal, du niçois et de l’alpin d’oc, nombre de ces nouveaux abonnés nous viennent de l’autre côté du Vidourle. Amis Languedociens, Gascons, Béarnais, Aquitains et Auvergnats, bref, Occitans, votre fraternelle curiosité nous honore, elle comptera beaucoup pour notre durabilité.
 
Avec vous, comme avec nos abonnés de Provence Alpes Côte d’Azur et du Gard, ou des Valladas, nous pourrons demain encore défendre l’occitan à l’école, le promouvoir dans la création, et soutenir au quotidien ceux qui pensent notre territoire en termes de respect, de partage, de dialogue, et de cultures.
 
Et puis, nous avons pu nous en rendre mieux compte à l’occasion de cette crise, nous faisons partie d’un écosystème. Nous voici en discussion avec nos confrères d’autres titres en langue d’oc, eux aussi en difficulté. Nous imaginons qu’une partie de notre réponse à cette situation anxiogène sera commune. Des organismes faisant métier de diffuser l’occitan nous contactent, et parlent de nous aider à passer ce cap difficile.

Alors même que les pouvoirs publics de notre propre région organisent la décrue de leurs aides, voici qu’une solidarité interrégionale contribue à nous rendre optimistes. Nous faisons partie d’une sorte de réseau d’interaction des défenseurs de la diversité et de l’ouverture à l’autre. Dans un monde que les idéologies referment, et qui ne parle plus que de frontières, cela nous rend optimistes.
 
Car grâce à vous, fondamentalement, qui acceptez de financer par votre abonnement notre projet d’une presse ouverte, bilingue, en prise sur la société régionale, qui met la langue régionale au centre,  et bien ce projet devient sacrément soutenable !
 
Nous ne sommes pas sortis du tunnel, mais cette perspective se rapproche. Grâce à vos abonnements, la lumière est en vue, nous marchons vers le jour, et d'un bon pas.
 
Et nous y marchons avec l’idée de mieux servir ces idées, et de mieux servir votre curiosité bienvenue. Nous avons déjà parlé d’une nouvelle formule pour Aquò d’Aquí. C’est elle que vous financez par vos abonnements, car nous sommes déjà en pourparlers professionnels pour discuter maquettes, prix, collaborations…
 
Ce sera pour bientôt. Si vous le voulez bien, avec votre abonnement. Vous nous donnez très envie de vivre cette aventure. Vivez là donc avec nous !
 
Nous vous appelons à soutenir cet effort. Il est facile à mesurer…dans la boite aux lettres de Pascalina, au quotidien.


Jeudi 16 Juin 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.