La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

Vendumia en famiho cu lou fa encaro ?



Mais où sont les vendanges d’antan ? Il y a trente ans les ouvriers possédant une vigne, c’était monnaie courante encore en Provence. Les successions et le mitage urbain du territoire ont eu la peau de ce raisin là ! Il vous faisait d’adorables piquettes à 9° pas plus, mais générait une solidarité familiale et des fêtes que n’aurait pas renié le brave Bacchus. Nous avons retrouvé un vestige de ce temps là, tout souriant dans les collines varoises.



Si le vin ne se vend plus, il reste une occasion de faire la fête une fois l'an (photo MN)
Si le vin ne se vend plus, il reste une occasion de faire la fête une fois l'an (photo MN)
 Uno bravo chourmo de vendumiaire amatour, alentour d’Evelino e de sa fiho Laeticio, soun ana cerca lei secatour e lei ferra, soun vengu puei ei souco per lei vendùmi, dóu temps que lei vièi de la famiho alestivon daubo o aïoli, o que saup pas encaro... Un quingenau de vendumiaire, mai plus ges de proufessiounau de la vigno, eron d’aquelo aventuro.
 
Au camin de Barban, au caire d’uno colo semenado d’oustau e de piscino, rèston quauqueis orto, e de vigno. Un siècle fa, tout èro a la famiho d’Evelino, Bonifay e Hugues que li disién. Uei n’en rèsto un ostau familiau, au mitan dei figuiero edi pin. E segur d’uno bèlo vigno. “N’en rèsto qu’aquelei uei cent mètro carra, e encaro a pau près parié de l’autre caire de la colo” que nous dis Evelino.

Pendant ce temps les minots s’en mettaient plein la figure

Une relique, on y faisait macérer le jus de raisin voici près d'un siècle (photo MN)
Une relique, on y faisait macérer le jus de raisin voici près d'un siècle (photo MN)
Lou  Cinsòu fa encaro de bon vin,  qu’a l’ouro d’aro s’alesti a la cououperativo de Sièis Four. Ejusqu’eis annado seissanto, tout se fasié pamens en  famiho, qu’avian d’aqueu temps dès ectaro de vigno, mai tambèn d ourtoulaio e de flour. Alor, avans que lou souleu dardaièsse, lo brave mounde, grand e pichoun, s’anè quèrre lou materiau per vendùmia .
 
« Me rementi dei cournudo qu’èron de fusto » dis encaro Evelino. « Falié sarra sei ciéucle per leis estanca ; per acò lei bagnavian per que s’estamiesson. Piei coumençavo la vendùmi, i avié aquelei que coupavon touto la soucado, e aquelei que passavon ‘mé lei canestèu fins a la tino. Alor èro de fusto, mai aro es de plastico, segur. Mai, nautrei, lei pichoun, lèu lèu, s’enanavian dins lei souco per se faire lei “ moustrouio, qu’aiours se dis “moustous”, valent a dire s’esquicha de raco sus lou mourre de l’autro !
 
Lei grand se recordon elei d’un temps que se tiravo subran lo desgrapa tre lei vendumiaire sourti dei faisso, e que se n’emplissié un mouloun de barrico e de boutarèu, avans que de finir, tirent l’aigo-ardent emé la raco que venié rebalhar lo fai-bouï. Tout acò es acaba. Barrico e tounèu soun remisa dins un vièi cubèrt, abandouna a l’un o l’autro, a l’asard d’un eiretage.
 
Es que dóu temps que la famiho abandounavo la tèrro per lei oubradou navau, lei vièi mouriguèron, e leis eiretage aparcelavon lou campèstre. Encuei, soun que quauquei camp au mitan d’un barri quasi urban.

Trop de normes et de règles pour continuer

D'une génération à l'autre, on passe raisin, savoir-faire, et sens de la convivialité (photo MN)
D'une génération à l'autre, on passe raisin, savoir-faire, et sens de la convivialité (photo MN)
Lou  Cinsòu fa encaro de bon vin,  qu’a l’ouro d’aro s’alesti a la cououperativo de Sièis Four. Ejusqu’eis annado seissanto, tout se fasié pamens en  famiho, qu’avian d’aqueu temps dès ectaro de vigno, mai tambèn d’ourtoulaio e de flour. Alor, avans que lou souleu dardaièsse, lo brave mounde, grand e pichoun, s’anè quèrre lou materiau per vendùmia.
 
« Me rementi dei cournudo qu’èron de fusto » dis encaro Evelino. « Falié sarra sei ciéucle per leis estanca ; per acò lei bagnavian per que s’estamiesson. Piei coumençavo la vendùmi, i avié aquelei que coupavon touto la soucado, e aquelei que passavon ‘mé lei canestèu fins a la tino. Alor èro de fusto, mai aro es de plastico, segur. Mai, nautrei, lei pichoun, lèu lèu, s’enanavian dins lei souco per se faire lei “moustrouio”, qu’aiours se dis “moustous”, valent a dire s’esquicha de raco sus lou mourre de l’autro !
 
Lei grand se recordon elei d’un temps que se tiravo subran lo desgrapa tre lei vendumiaire sourti dei faisso, e que se n’emplissié un mouloun de barrico e de boutarèu, avans que de finir, tirent l’aigo-ardent emé la raco que venié rebalhar lo fai-bouï. Tout acò es acaba. Barrico e tounèu soun remisa dins un vièi cubèrt, abandouna a l’un o l’autro, a l’asard d’un eiretage.
 
Es que dóu temps que la famiho abandounavo la tèrro per lei oubradou navau, lei vièi mouriguèron, e leis eiretage aparcelavon lou campèstre. Encuei, soun que quauquei camp au mitan d’un barri quasi urban.

Trop de normes et de règles pour continuer

En mai d’acò, « gaubeja uno vigno es devengu coumplica” apounde Bernat, l’ome d’Evelino : “Aro fau desclara la quantita produito, aquela qu’anan carreja, e encara poudèn vendemia qu’ai jour que nous ourdouno la cououperativo! Fau pas que plougue, que i aurié plus degun per vendumia”.
 
L’espandiment urba et la foulio nourmativo son a tua lo vin tradiciounau. Es verai que tiravo pas mai de dès degra, aquela bravo piqueto, mai coumo disié lou Joan Ferrat, te fasié mai que mai de centenàri, qu’avian pas l’alzeimer, estènt que jamai oublidavon de vendumia!
L'urbanisme a colonisé ces collines, et les vignes ont fait place aux piscines (photo MN)
L'urbanisme a colonisé ces collines, et les vignes ont fait place aux piscines (photo MN)

Samedi 29 Septembre 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.