Catalogne : pourquoi le référendum d’autodétermination ?

Depuis que les Félibres ont chanté « Catalan de liuen o fraire… », nos voisins, frères linguistiques, ne nous laissent pas indifférents. Le premier octobre prochain ils choisissent de devenir indépendants, ou pas. Essayons d’expliquer pourquoi et comment.

Les médias français ont un mal certain à appréhender la réalité de la situation politique catalane d’Espagne. Avec, disons-le, une tour Eiffel en tête, les journalistes de la télévision hexagonale, en général, plaquent une conception française sur une réalité catalane.






            partager partager

Un discours pro-référendum catalan pour les 150 ans de la Coupo Santo


AVIGNON. L'envoyé du gouvernement catalan a demandé aux Provençaux de soutenir le référendum organisé en vue du maintien ou pas de la Catalogne dans l'Etat espagnol.



La Coupo Santo est exposée au public une fois l'an, le 31 juillet, date commémorative de sa remise par les amis catalans du Félibrige (photo XDR)
La Coupo Santo est exposée au public une fois l'an, le 31 juillet, date commémorative de sa remise par les amis catalans du Félibrige (photo XDR)
Le Gouvernement de la Généralité de Catalogne avait envoyé son nouveau directeur de l’Agence Catalane du Patrimoine Culturel, Jusèp Maria Boya i Busquet, à Avignon, le 31 juillet dernier. Une représentation officielle aux cérémonies du 150 è anniversaire de la Coupo Santo, qu’organisaient le Félibrige.
 
Et pour le moins, le discours de cet officiel catalan aura été marqué par le contexte politique du moment.
 
« Le sens de cette coupe (offerte par le poète Victor Ballaguer, à l’issue d’une souscription, en reconnaissance du refuge fraternel accordé par les Félibres à ce libéral poursuivi par la monarchie espagnole en 1868) c’est de faire entendre cette volonté des Catalans d’exprimer démocratiquement s’ils souhaitent rester ou non Espagnols ».
 
Evidente référence au référendum organisé par la Généralité le 1er octobre prochain, sur l’Indépendance de la Catalogne sud, le discours de Jusèp Boya (un natif de Les, donc de la Val d’Aran occitane), a voulu identifier les Catalans contemporains, aux réfugiés d’hier.
 
« Je suis comme Victor Ballaguer ; il a choisi l’exil près des gens qui valorisaient la démocratie. C’est aujourd’hui le sens de cette Coupo Santo, notre demande aux Provençaux, de nous soutenir et d’être à nos côtés dans cette lutte pacifique pour la démocratie ».
 
Devant une foule dense, divers élus locaux dont Philippe Vitel, le délégué régional à l’Identité Provençale, et le capoulié du Félibrige Jaque Moutet, le délégué catalan a demandé « aux Provençaux, de ne pas oublier l’histoire de cette coupe ».

Mercredi 23 Août 2017
Michel Neumuller





1.Posté par Lions Edmond le 24/08/2017 19:53
Catalan, vesin o fraire coumunien tóuti ensèn. i a faugu li guerro per nous separa.
Ed

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d’Aquí de septembre marche sur les cendres

Dison que...

France info et l'altérité

Si vous voulez comprendre ce qui se joue en Catalogne, croyez-moi, évitez les médias publics français.

France info et l'altérité
ça ne s'arrange pas. La couverture du référendum catalan pour l'indépendance prévu pour le 1er octobre prochain est toujours aussi mal assurée par la plupart des chaînes de TV et stations de radio publiques françaises.



 

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.