Mille excuses...

Un petit retard pour la réception de notre mensuel n° 300. Désolé et aidez nous à faire mieux.

Qu'il est difficile de tenir la gageure! Un numéro par mois, de bonne qualité, dans les temps. Cette fois-ci nous n'y arrivons pas vraiment.






            partager partager

Twit-twit


Twitter n’est pas sans conséquences. En Amérique, un juge a décrété que ce qu’on pense peut entraîner des troubles de l’ordre public, et que donc le fameux petit texte envoyé en cascade pouvait vous valoir de gros embêtements.



Twit-twit
L’aucèu canta de còps d’un biais bèn aigre. Vòli pas parlar de nòstrei rigaus mai d’una autra mena d’aucèu, que fa volar sei cent quaranta nòtas a un molon d’auditors. S’agisse dau « twittt » que fa bresilhar a l’autre bot dau monde vòstrei darrièrei nòvas, o lei còps traites que pòu far am’aquò la companha d’un president a l’anciana de son òme… 

Autant vos va dire, i a una ambiguïtat dei bèlas am’aqueu mejan de comunicar. Son bèn vòstrei messagis que mandatz, mai un còp mandats, son plus vòstres. Un jugi american a eisijat que la societat Twitter li done totei lei messagis que remandèt un afogat qu’occupèt la Borsa de New York l’an passat.
 
Tot lo monde s’en rementa, de joines qu’avien son gonfle de la precaritat per leis emplegats e de la richessa vesibla per lei yuppies, òucupèron lo relarg de Wall Street de setmanas e de setmanas.
 
E vaquí qu’aqueu jugi de la Cort de Manhattan, adonc, vòu que li siegue comunicat ce qu’avié escrich un joine rebèle, Malcom H., perseguit per de « desbordaments » dins un passa carriera au pònt de Brooklyn au moment de l’òucupacien.
 
Son argument vòu la pena d’èstre legit : per aqueu jugi, vòstra opinien, un còp difusada a un publique, es de tot lo monde. Adonc, podètz tre lo twitt lançat, venir una mena de maufatant. Lo famos twitt pasmens s’adreiça ren qu’a una còla de gents qu’avètz chausit. Òc, mai vòstreis abonats elei tambèn an sa tiera, e vòstrei messagi cascadejon dins lei tieras d’amics de vòstreis amics.
 
E aperalin encara anaran vòstrei bresilhaments.  « Auràn de consequencis, vòstreis opiniens » que dis lo jugi. Avètz que de pensar de cauvas sensa consequencis…e per aquò vos faudrà ren qu’una cervèla d’aucèu !

Mardi 22 Janvier 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


300 ! un dossier spécial Catalogne à l'heure décisive

Dison que...

1851 : defendre la Republica en provençau

L’historien Renat Merle nous rappelle que la résistance au coup d’Etat du 2 décembre 1851, fut le fait de ruraux qui parlaient occitan. Les meilleurs défenseurs de la République française. Avis aux Républicains amnésiques de 2017.

1851 : defendre la Republica en provençau
A la fin de l’an 1848, un aventurier politic, Louis Napoléon Bonaparte, es estat elegit president de la Republica, amb lo prestigi de son nom e l’adesion de l’immense monde rurau, que portava seis esperanças de dignitat e de progrès.

Mais dins lei fachs, lo President bailejava la Republica dau partit de l’Òrdre, valent a dire la Republica conservatriça, aquela dei Gròs.
 

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.