Catalogne : pourquoi le référendum d’autodétermination ?

Depuis que les Félibres ont chanté « Catalan de liuen o fraire… », nos voisins, frères linguistiques, ne nous laissent pas indifférents. Le premier octobre prochain ils choisissent de devenir indépendants, ou pas. Essayons d’expliquer pourquoi et comment.

Les médias français ont un mal certain à appréhender la réalité de la situation politique catalane d’Espagne. Avec, disons-le, une tour Eiffel en tête, les journalistes de la télévision hexagonale, en général, plaquent une conception française sur une réalité catalane.






            partager partager

Troubadours auvergnats entre rigueur et émotion


Flor Enversa s’intéresse à la riche composition des troubadours auvergnats. Avec leur dernier CD nous assistons au travail de musicologues investis qui se montrent artistes accomplis.



Flor Enversa : Domitille Vigneron, Thierry Cornillon, Olivier Féraud (photo XDR)
Flor Enversa : Domitille Vigneron, Thierry Cornillon, Olivier Féraud (photo XDR)
En 2014, Flor Enversa nous avait étonnés par un travail de musicologue doublé d’une interprétation de bel intérêt. Il s’agissait alors de présenter au disque les chants de Blacas, troubadour guerrier provençal, jusqu’alors peu exposé.
 
L’hiver dernier le groupe formé par Domitille Vigneron (cordes, vielle et chant) et Thierry Cornillon (vents et chant), avec Olivier Féraud (cordes et vielle) a récidivé, cette fois pour faire entendre les troubadours auvergnats.
 
Les trois artistes conçoivent les instruments, sur documents d’époque. Ils planchent sur les manuscrits disponibles à la Bibliothèque Nationale de France, et à  l’Ambrosiana. Un remarquable travail sur l’interprétation, nous restitue autant que possible l’époque. La démarche savante ne se traduit pas ici par une illustration platement démonstrative. Flor Inversa estime que les soirées au château, fin du XIIè siècle, réunissaient un public qui voulait être séduit, s’émouvoir, s’amuser. Merci d’y avoir pensé.
 
Nous sommes ici au cœur de la fin’amor. En témoigne Ponç de Capduelh, mort vers 1220. Il avait toute sa vie chanté Azalaïs de Mercuor. Na Castelosa est une autre belle dévouverte. La trobairitz, était, elle, mordue d’Arman de Breon. D’elle on dira : « èra mout gaia e mout ensenhada e mout bèla », pas moins !

Les voix de Domitille Vigneron et de Thierry Cornillon donnent à la fois l’ampleur et l’intimité voulue pour ce concert ancien. Nous apprécions qu’avec eux l’occitan parlé soit compréhensible. 
 

15€ / CD Alvernha + 3€ de port pour la France (quel que soit le nombre de CDs). Par chèque à l'ordre de "Compagnie de la Hulotte" :  Domitille Vigneron - Flor Enversa / 16 rue Denis Papin / 93500 Pantin (France). Préciser nom et adresse, mail et téléphone.

 

Mercredi 23 Août 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Un numéro aussi rural qu’international

Dison que...

Primadié, Jòrgi Reboul, Pèire Rouquette, votre souffle nous inspire

Le référendum pour l'indépendance de la Catalogne est jugé illégal par le Tribunal Constitutionnel Espagnol. Aussi le gouvernement judiciarise cet événement politique, et fait taire les sites internet qui en informent les citoyens.

La gravité croissante des évènements de Catalogne nous interpelle. Bien sûr c’est loin d’être le seul pays au monde à connaitre ce type de tension. Et nous vous avons peu parlé de la Syrie ou  de la Libye…

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.