Mille excuses...

Un petit retard pour la réception de notre mensuel n° 300. Désolé et aidez nous à faire mieux.

Qu'il est difficile de tenir la gageure! Un numéro par mois, de bonne qualité, dans les temps. Cette fois-ci nous n'y arrivons pas vraiment.






            partager partager

Se regalar de rabassas en occitan


ORANGE. Les secrets des truffiers sont enterrés aussi profonds que le champignon lui-même. Un roman creuse leurs mystères, et il vient d’être traduit en occitan du Vaucluse pour un éditeur indépendant. La démarche est reproductible.



Mais pourquoi un étranger a t-il hérité du don de les trouver se demandent les gens du pays (photo XDR)
Mais pourquoi un étranger a t-il hérité du don de les trouver se demandent les gens du pays (photo XDR)
D’en promier es l’istòria d’un Irlandés que ven viure en Provença, qu’i troba son bonur dins un pareu a tres, e qu’un jorn, s’apercegue qu’es ben dotat par trobar lei rabassas. Es aquí que començan seis auvaris amé lo monde rurau d’aqueu canton provençau monte aquela activitat es e deu demorar secrèta.
 
Vaquí per l’istòria, escricha per un consultant internacionau en marketing, Luc Delestre, qu’un jorn receguèt, escrich dins un bòn francés, per Domenge Lin, un editor independant d’Aurenja.
 
« se vende regularament sus lei taulas monte lo prepausem » que nos ditz aquel afogat dau libre editat d’un biais morau. Expliquem nos, o puslèu demandem a D. Lin. « Avuei levat dei gròsseis ostaus d’edicien que pòdon estampat de tiratges grandàs e trobar l’aurelha dei criticas literàris, o de jornaus que fan partida de son grop, leis editors demandan ais autors de pagar son escotisson, qu’apelan d’un biais pudic « contract solidari ». Mai tre que pagan, es una edicien a còmpte d’autor, vesi pas perque l’apelan autrament ».* 

Une équipe de traducteurs...et leurs parents

Passionné par le monde de la truffe, Bernat Vaton y a vu l'occasion de susciter l'intérêt régional pour  la langue occitane (photo MN)
Passionné par le monde de la truffe, Bernat Vaton y a vu l'occasion de susciter l'intérêt régional pour la langue occitane (photo MN)
Aquel editor adonc, publica Luc Delestre. Aquí arriba un òme ben coneigut dau mitan regionalista aurenjenc, Bernat Vaton, afogat per lo monde de la rabassa. Legitz l’obratge, « Le bigame truffier ». n’en parla, e benlèu, vaquí qu’amé l’editor esquissan una mena de partenariat : l’associacion aurenjenca Ben Lèu cromparà quauquei centenaus d’aquel obratge, e pagarà la traduccion. Bèn Lèu es una associacion que cerca de partenariats amé d’entrepresas dau relarg aurenjenc e qu’aponde am’aquò ai projèctes d’associacions ò de collectivitats. Lo bilingüisme dau licèu de l’Arc, per exèmple, li deu mai que mai.
 
Aquela sarà l’afaire d’una chorma de saberuts monte comptem l’ilustrator Raccouchot, amé Chantal Fournillié ò encara Elena Ripert, e que bailejarà la mestressa de la calandreta d’Aurenja, Beatritz Briole-Barbui. « An chausits la varietat de l’occitan provençau rodanenc, aquela qu’emplegan cada jorn, es pas mai complicat » ajusta Bernat Vaton.
 
Per Beatritz Briole, fuguèt una bèla experiéncia. « Ai trabalhat amé mai que d’un diccionari, e la còla legissèt tot aquò, per i anar d’una precision sintaxica, d’un biais de dire particulier…e ai mai que mai escotat mon paire, païsan, que saup parlar dei rabassiers. » Pareisse que lo libre es mai colorat, mai verai e autentic en occitan qu’en francés.

Il se vend peu mais intéresse un éditeur britannique

Vuei, segur que crompar lo libre, que formigueja de detalhs sus lo monde dei rabassiers, es pas solament se faire plaser, mai encara es ajudar un sistèma que podriá far viure l’edicion en occitan, e decidar d’editors que, fin finala, es un mejan coma un autra de faire viure son entrepresa.
 
Segur que Domenge Lin, eu, i vetz encara una tresena dimension. « Sariá bèn dins nòstra tòca d’editor independant, que vòu pagar seis autors ». Mai regreta que se vende pauc lo libre. L’autor, eu, sariá susprés mai encatat de se vèire revirat en occitan, qu’èra pas sa cultura d’origina. Se ditz pasmens qu’un editor britanic sariá interessat per una traduccion en anglés, estènt que l’obratge es dins la dralha dei libres de Peter Mayle, qu’a fach un polit succès en Anglatèrra.
 
A l’ora que lo sector edicion de l’Institut d’Estudis Occitan s’estramassa per rasons financieras, segur qu’es de trobar un modèla per l’edicion en occitan. E dins aquela amira, l’IEO 84 e Bèn Lèu segur portan pèira.
 
En fin de còmpte, i aurá agut « que quauquei personas qu’auràn romegats a la librariá per de que lo libre èra pas en grafia mistralenca » nos ditz l’editor que, d’origina parisenca, pensèt trobar d’unanimitat per aparar lo libre en lenga nòstra.
 
 

Se regalar de rabassas en occitan

Lo rabassier bigame, de Luc Delestre, traduit per l’IEO 84 sota la direccion de Beatritz Briole-Barbui, ed. Elan Sud.


Lundi 15 Octobre 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


300 ! un dossier spécial Catalogne à l'heure décisive

Dison que...

Primadié, Jòrgi Reboul, Pèire Rouquette, votre souffle nous inspire

Le référendum pour l'indépendance de la Catalogne est jugé illégal par le Tribunal Constitutionnel Espagnol. Aussi le gouvernement judiciarise cet événement politique, et fait taire les sites internet qui en informent les citoyens.

La gravité croissante des évènements de Catalogne nous interpelle. Bien sûr c’est loin d’être le seul pays au monde à connaitre ce type de tension. Et nous vous avons peu parlé de la Syrie ou  de la Libye…

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.