Un juèc politic tant dubèrt coma fosc

Et bien, en voilà bien des choses qui doivent être réexaminées, en France comme en Provence, avec l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de l’Etat ! Essayons de démêler enjeux et possibilités.

Lei Francés adonc an elegit per president un òme de 39 ans reputat sosten de la Finança, e sostengut per lo president que se presentiá, fai cinc ans, coma enemic de la Finança.






            partager partager

ScopTi en manca d’èrbas provençalas

Une filière des plantes aromatiques à reconstituer, grâce à une coopérative ouvrière ?


GEMENOS. Après trois ans et demi de lutte pour sauver leur emploi, les "Fralibs" sont devenus la ScopTi à Gémenos. Les ouvriers viennent de redémarrer leur usine. Mais le projet d’une ligne de tisanes régionales a du mal à infuser. Les groupes agro-alimentaires qui voulaient délocaliser l’usine provençale ont aussi délaissé les producteurs français. Et la filière s’est écroulée.



Après 1336 jours d'occupation, l'usine de conditionnement de thés et infusions produit à nouveau à Géménos (photo MN)
Après 1336 jours d'occupation, l'usine de conditionnement de thés et infusions produit à nouveau à Géménos (photo MN)
Francesc es ben gaujós de canejar son usina, enfin brusissenta dau cataclac de la maquinariá d’ensacatge, dins una atmosfèra tota cargada d’olors de mentas e de tilhòu.
 
« E vaquí lei premiers « big bags » qu’avèm recebuts ! », que lança, mostrant una tiera de saquets blancs de dos mètres d’aut, clafits de plantas. L’ancian caumaire qu’a passat cinquanta ans vèn d’ ocupar 1336 jorns son usina de Gema , pròche d’Aubanha. « L’i siáu naissut e èra pas questien de m’enanar ».
 
Mai bailejar una entrepressa, meme una Scop coma aquela « 1336 », es autra causa que menar una cauma . E la batèsta còntra un grope tau coma l’olandés Unilever, que voliá barrar Fralib a Gema, per produrre mens car en Polonha, es pas una escòla de marketing o de gestien.
 
« Esperam faire un chifre d’afairee de 3M€ la premièra annada, amé lei 32 salariats dejà re-embauchats, e tractar aperaquí 250 tonas d’èrbas, tès o tisanas » que ditz pasmens Gerard Cazorla, un dei menaires cegetistas d’aquela lucha per l’emplec.

Plus ges d’èrbas aromaticas regionalas

Mai es pas tant segur de poder crompar seis èrbas au país, coma nos l’aviá assegurat, fa dos ans, quand s’alestissiá lo projèct deis emplegats licenciats. « Volèm crear una linha de produchs naturaus venguts de filieras regionalas, qu’avèm un ròtle a jugar per l’economia umana dau país » que nos disiá alòr.
 
Ara, s’es ben encara sa tòca , li a ben faugut tenir còmpte de la realitat. « Aquelei filieras son ara destruchas. De verbena , ne’n volián de França, resultat la crompam au Marròc. Es de bèla qualitat, mai es pas d’aquí. Coma faire am’una produccien francesa qu’a passat en pauc d’annadas de 400 a 15 tonas ? »
 
La fauta ai grops transnacionaus, aquí tanben, que nos ditz. Unilever que voliá delocalisar Le Thé de l’Elephant, la marca de l’entrepressa Unilever a Gema, jusqu’en 2011, a pereu crompat seis èrbas a tisana en Roumania o mai luenh. Dau còp, sens desbocat, lei productors locaus se son estramassats.
 
« Pasmens podèm ajudar a reviscolar una filiera francesa » que vòu crèire lo sindicalista, ara dins lo vèstit de l’entreprenèire cooperatiu. « Privilegiam de contrats duradís amé de productors au nòstre. N’avèm passat o n’en parlam amé L’Herbier du Diois (26), Elixens (06) qu’èra mai coneissut amé son nom ancian d’Orgasynth, e Herbissima (84) per exemple ».

Ajudar a reviscolar lei filieras en França

Es que li a de producciens encara drudas dins lo Miegjorn. «  Lo tilhòu se’n tròba sensa problèma, e la menta creisse de’n pertot. Ara s’agís se trata d’ajudar a bastir de filieras per la camomilha, la verbena e d’autrei… »
 
Aquela escomessa serà pas la soleta de 1336. La cooperativa vòu tanben « ajudar lo monde a retrobar lo gost vertadier d’aquelei plantas, coma nos leis an fachas descubrir nòstrei grands ».
 
Francesc nos mena dins una sala vueja de l’usina onte l’i a ren qu’una tremuèia, que deu plus servir. « Aquí èra la sala d’aromatisacien, onte s’apondiá ais èrbas d’esséncias. D’aquò ne’n volèm plus » que me ditz l’obrier.
 
Retrobar la tisana dei grands, a l’ora de l’usina, « segur serà melhor per la santat, lo biais de viure… e nòstreis emplecs », qu’assegura Gerard Cazorla am’ un sorrire que s’alarga. 
Olivier Leberquier et Gérard Cazorla, les animateurs les plus exposés de la grève sont aussi les plus impliqués dans la Scop, ils recevaient Philippe Martin, le secrétaire général de la CGT (au millieu) pour présenter la nouvelle gamme de produits (photo MN)
Olivier Leberquier et Gérard Cazorla, les animateurs les plus exposés de la grève sont aussi les plus impliqués dans la Scop, ils recevaient Philippe Martin, le secrétaire général de la CGT (au millieu) pour présenter la nouvelle gamme de produits (photo MN)

Mardi 1 Septembre 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Aquò d'Aquí de juin entre émotions et raison

Dison que...

Soyez propres et parlez sans accents

Les journalistes de la télévision publique sont tout simplement priés de rejoindre la périphérie hexagonale, s'ils parlent comme nous. Liberté, égalité, fraternité, mais pas sur les ondes.

En France,  journaliste de radio-télé avec un accent régional, vous seriez interdits d'antenne nationale. Tel est le catéchisme des bailes dans les chaînes publiques.

 

Soyez propres et parlez sans accents

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.