Catalogne : pourquoi le référendum d’autodétermination ?

Depuis que les Félibres ont chanté « Catalan de liuen o fraire… », nos voisins, frères linguistiques, ne nous laissent pas indifférents. Le premier octobre prochain ils choisissent de devenir indépendants, ou pas. Essayons d’expliquer pourquoi et comment.

Les médias français ont un mal certain à appréhender la réalité de la situation politique catalane d’Espagne. Avec, disons-le, une tour Eiffel en tête, les journalistes de la télévision hexagonale, en général, plaquent une conception française sur une réalité catalane.






            partager partager

Ph. Langevin : « Nous ratons l’opportunité de créer une grande Région méditerranéenne »


L’universitaire est économiste, fin observateur du territoire et de ses évolutions depuis quarante ans, il préside le Conseil Départemental de Concertation des Bouches-du-Rhône*. Si Philippe Langevin estime que la Métropole marseillaise est le territoire de pertinence pour l’avenir économique, il regrette en revanche que la Provence manque le rendez-vous méditerranéen, mis de côté par la refonte des Régions.



La Métropole d’Aix-Marseille est loin de faire l’unanimité chez les maires, hors Marseille. Ceux-ci lui craignent de devoir éponger la dette marseillaise. Le débat financier est-il le seul qui vaille ?

Philippe Langevin - Je ne crois pas que la « ceinture » marseillaise doive payer pour Marseille. Nous vivons dans un territoire important : 3100 km2 et 91 communes qui jouent aujourd’hui la concurrence au lieu de la complémentarité.
Philippe Langevin (photo MN)
Philippe Langevin (photo MN)

"Le Conseil de la Métropole aurait du être élu au suffrage universel direct"

La valeur ajoutée de la Métropole, c’est de mutualiser des services, définir et organiser une politique commune, assurer la visibilité de cet ensemble au plan international. Il n’est pas acceptable qu’au lieu de cela Marseille joue contre Aix, Aubagne contre l’Etang de Berre, sans compter le jeu des petites communes qui se trouvent entre ces pôles urbains.
 
Le grand défi métropolitain consiste à inventer un nouveau territoire. Quand on veut bien l’admettre on conçoit qu’il n’y a pas lieu d’opposer Marseille à sa périphérie. D’ailleurs il faut préférer voir cette entité comme un ensemble. La périphérie et Marseille n’ont pas de sens l’un sans l’autre. Ils sont complémentaires.
 
Considérer que Marseille tirerait sa métropole vers le bas est une idée fausse. La précarité est développée en fait sur toutes les communes, et le chômage affecte partout la population active. Sur ce plan, il n’existe pas de difficulté spécifique à Marseille.
 
Non ! L’enjeu c’est qu’il y a un territoire à construire, et qu’il faut discuter la manière de le construire. Mais son intérêt n’est pas contestable.
 
Je déplore que cet ensemble ne soit qu’à demi démocratique. Le Conseil Communautaire n’est pas encore élu au suffrage universel. Ceci dit, la situation actuelle est une étape dans une marche, un jalon dans une direction. Le projet tel que connu aujourd’hui n’est pas définitif.
 
D’ailleurs peut-on dire qu’il y ait un projet en tant que tel ? Certes les experts travaillent. Mais le refus des maires interdit actuellement de parler d’un projet collectif.
 
Pourtant il nous faut bien voir que la Commune n’a plus de sens au niveau économique, moins au niveau social, et que c’est dans ce nouveau territoire, la Métropole, qu’il nous faut conduire le développement.
 
Rien ne nous assure que cette Métropole nous garantira l’avantage de nouvelles opportunités, d’une meilleure visibilité ou d’efficacité des politiques économiques. C’est un enjeu.
 
Il est probable que dans l’avenir, dans les départements métropolitains les Métropoles aient vocation à absorber peu à peu la place des autres collectivités, Département compris. On n’envisage pas un Département limité à la Camargue et à la Crau ; ce serait difficilement crédible.

"Le découpage régional a été pensé depuis Paris, traditionnellement"

Ces jours-ci l’Assemblée Nationale entame la discussion de la Loi NOTRe, qui rebat les cartes en France, en modifiant les compétences et le champ des collectivités locales. Bientôt, les Régions administratives françaises seront moins nombreuses. Cependant rien de changé pour Provence Alpes Côte d’Azur. Ne fallait-il pas saisir l’opportunité pour créer une grande Région ?

Philippe Langevin - J’aurais trouvé plus intéressant que Languedoc Roussillon, Corse et Provence construisent une grande Région. Il y avait suffisamment de points communs pour cela entre ces trois régions méditerranéennes. Pour des raisons politiques et démographiques cette hypothèse n’a pas été retenue, mais je trouve que c’est regrettable. Le territoire pertinent de l’économie est aujourd’hui de plus en plus large. Les spécificités de l’économie méditerranéenne, en matière touristique, agricole et industrielle auraient justifié une grande Région « Méditerranée ».
 
Les découpages régionaux n’ont pas été faits d’après des réalités économiques, sociales et culturelles, mais selon des réalités démographiques. La logique de la réforme c’était que les Régions devaient avoir à peu près le même nombre d’habitants. Trente ans de travaux de la Datar sur les identités culturelles, les déplacements domicile-travail, la polarisation des grandes entreprises etc. n’ont semble-t-il servi à rien, n’ont pas été utilisées pour un découpage qui n’est que d’opportunité.
 
Il s’inscrira peut-être dans l’histoire, comme le premier, qui a institué nos Régions sans que celui-ci n’ait jamais été voté. Selon une tradition toute française, il a été opéré depuis Paris. Mais à mon avis ce découpage-là n’est pas appelé à durer très longtemps.
 
Et quelle que soit sa pertinence, il est opéré alors que nous sommes en pleine crise. Déjà en 1972-73 le premier découpage régional avait été conçu comme une réponse à une crise. C’est aussi le cas de l’actuelle. Nous sommes encore dans une tentative compliquée et progressive d’inventer de nouveaux territoires, qui se fait sans leurs habitants. Dans ce type de processus les pouvoirs locaux ne sont pas associés et les citoyens jamais informés.
 
Ce système est totalement à réformer. C’est évident, des formes de démocratie participative sont à inventer, une dimension pour l’heure tout à fait hors du débat. L’échec des politiques de gauche et de droite nous invite pourtant à mobiliser talents et imagination. Mais pour cela peu viendra de la société politique, et beaucoup de la société civile.
 
Pour y parvenir il faut pouvoir faire parler tous ceux qui ont à voir avec le développement, qui agissent pour cela mais ne sont pas consultés. La société a besoin qu’on réanime le « Parlement des invisibles ».
La Métropole, entité pertinente pour assurer le développement économique ? (photo MN)
La Métropole, entité pertinente pour assurer le développement économique ? (photo MN)

De legir tanben : 109 premiers cònsols acampats còntra la Metropòli marselhesa
*Philippe Langevin est également président de l’association éditrice d’Aquò d’Aquí.

Dimanche 15 Février 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


300 ! un dossier spécial Catalogne à l'heure décisive

Dison que...

Primadié, Jòrgi Reboul, Pèire Rouquette, votre souffle nous inspire

Le référendum pour l'indépendance de la Catalogne est jugé illégal par le Tribunal Constitutionnel Espagnol. Aussi le gouvernement judiciarise cet événement politique, et fait taire les sites internet qui en informent les citoyens.

La gravité croissante des évènements de Catalogne nous interpelle. Bien sûr c’est loin d’être le seul pays au monde à connaitre ce type de tension. Et nous vous avons peu parlé de la Syrie ou  de la Libye…

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.