La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

Li vesito en prouvençau : uno iniciativo que reclamo lou publi óucitanoufone à Grignan


DROME. A Grignan, une visite guidée en français et occitan a été organisée le 17 novembre dernier par Jacqueline Hubert, sous l'impulsion de l'Escolo di Lavando. Accompagnée de Laurence Arnaud, guide, Jacqueline a su conquérir les participants occitanophones. Tandis que Laurence Arnaud expliquait le mode de vie de la population du château, Jacqueline s'est chargée de faire une introduction historique et anecdotique en provençal, et a ponctué les interventions de Laurence de citations contextuelles, toujours en occitan.



Le chateau, ruiné, a été acheté et rénové à partir de 1912 (photo MN)
Le chateau, ruiné, a été acheté et rénové à partir de 1912 (photo MN)
Soun vint-e-cinq participant mau-grat qu’èro un jour fre e pluvinous, au som dóu vilage, pèr vèire lou castèu.

Certan vènon de luen, coumo Pont Sant Esperit pèr eisèmple.

I aguè tant de demando e de reservacioun que Jaumeto Huber, uno afougado de patrimòni, tournara prepausa de vesito en genié.
 
Aquéu sucès tradus proun la voulounta dis óucitanoufone de pratica la lengo e dins la counvivialita.

«La vesito se fa mita-mita, entre iéu e la guido que parlo francés, tout se completo, e perdèn pas de tèms amé de repeticioun» anóuncio Jaumeto. 

A Grignan, un castèu de moustranço

Lou castèu es vièi. Avèn d'archiéu que daton dóu siècle XI. La famiho dis Ademar, la mai famouso pèr aqui, douminavo lou cantoun.
 
«Au mai èro pouderouso, au mai se vesié sus lou castèu» resumiguè Jaumeto Huber. Dins aquelo famiho, Franceso Margarito de Sevigné, la fiho de Dono de Sevigné (de soun noum vertadié Marìo de Rabutin-Chantal), pourtè un certe counfort is Ademar de pèr soun estatut, mai li dete s'acumulèron.
 
Es pèr aquelo rasoun que la fiho de Franceso Margarito, Paulino, vendiguè li letro de sa grand, pèr paga aquéli dete. Destrui en 1793, lou castèu dèu sa reabilitacioun à Marìo Fontaine que lou coumprè en 1912 e que se counsacrè à sa recounstrucioun, fidèlo à la Reneissènço.
 

Mme de Sévigné aurait bien aimé indiquer la sortie à la langue régionale, qu'elle n'aimait pas. La Provence lui avait pris sa fille chérie...(photo XDR)
Mme de Sévigné aurait bien aimé indiquer la sortie à la langue régionale, qu'elle n'aimait pas. La Provence lui avait pris sa fille chérie...(photo XDR)
Despuèi 1979, lou mounumen apartèn au despartamen droumés, que l'entretèn gràci au tourisme. Quouro Jaumeto a acabado soun entroudicioun, Laurenço a mena lou principau de la vesito, en francés. «Le premier étage est un étage ''noble'', tout est extrêmement hiérarchisé, codifié » dis.
 
Ço que trouban dins cade castèu soun lis apartamen atribui i noble que vènon quauque tèms, coumo la maire de Franceso Margarito, la Marqueso de Sevigné.
 
Au mitan d'acò, avèn lis anti-cambro ount «les invités patientaient, avec des sièges contre les murs, afin de libérer la pièce et permettre la distraction et la restauration» preciso Laurenço. Souvènt, li mur soun decoura de tapissarié d'Aubussoun.

Li agradavo pas la Prouvenço à la dono de Sevigné

«Les décors étaient mobiles, il y a aussi les meubles d'apparat qui sont là pour le bon goût et ne sont pas vraiment utilisés».
 
«Ié trouvarés la biso enfurianto, i a rèn de dous e d'agradiéu. Sian butassa pèr touti li vènt»
Es ço que diguè Dono de Sévigné à sa fiho, dins uno letro.
 
«Sévigné n'aimait pas trop la Provence pour lui avoir arraché sa fille, mais aussi à cause de son climat» revèlo Laurènço.
 
Pamens, Jaumeto relevara uno citacioun prouvant soun goust pèr la cousino prouvençalo quand escrivié à soun cousin. Jan-Glaude Rixte, l’escrivan e animatour de la vido regiounalisto au noste, aqui dins lou publi, apoundissié que la Marqueso amavo pas la lengo, que la coumprenié pas e noun la voulié coumprene. 

En fa, que sié la lengo o la culturo, sèmblo que s'èro jamai adatado à la vido d'eici quouro venié. Dins aquéu mouloun de reprocho, Laurènço evouquèt uno aneidoto : «Madame de Sévigné abhorrait les coutumes funéraires des Provençaux. Elle évoque dans une lettre la ''fontange'' (qu'elle n'aimait pas) qui coiffait les défuntes».
 
La vesito dou castèu s'acabèt dins la salo ount soun regulieramen prepausa d'evenimen culturau e artisti, coumo lou festenau de Courrespoundènci.
 
Se la Marqueso de Sevigné avié la noublesso dóu sang, lis óucitanoufone que soun vengu anoublisson la lengo, que sèmblo pas jamai perdre de soun prestige ni de sa bèuta. Coumo lou castèu de Grignan, en brèu. 
De toute évidence il existe une demande pour des visites guidées qui fassent une bonne place à la langue du pays (photo AC)
De toute évidence il existe une demande pour des visites guidées qui fassent une bonne place à la langue du pays (photo AC)

Mardi 19 Novembre 2013
Amy Cros





1.Posté par Joan-Pèire le 20/11/2013 08:54
Visitèri lo castèu de Grinhan estel'estiu e m'auria ben agradat de lo faire en lenga. De tot biais es una tras que bòna iniciativa.

2.Posté par Mirèio le 06/12/2013 17:49
Es uno bono idèio ! A faire saupre ! Lou cop que vèn, i anarai !

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Aquò d'Aquí de juin entre émotions et raison

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.