La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

Le Rectorat d'Aix-Marseille en quête de "sens" pour l'enseignement du provençal


L'Académie d'Aix-Marseille ne fera aucun effort de communication vers les familles, sur l'existence de cours d'occitan, acte leur décrue dans les collèges, et se demande quel "sens" peut encore avoir cet enseignement au XXIè siècle.



Source : Rectorat Aix-Marseille. A noter le désert alpin de l'enseignement de l'occitan, où pourtant la langue est la plus vive encore
Source : Rectorat Aix-Marseille. A noter le désert alpin de l'enseignement de l'occitan, où pourtant la langue est la plus vive encore
Il faut du « sens » à l’enseignement du provençal en Provence, et de l’occitan alpin dans nos Alpes. C’est le discours répété du recteur Bernard Beignier.
 
En poussant à l’initiation au catalan, au collège Garlaban d’Aubagne, en septembre dernier il a favorisé une langue qui comptera, par le rayonnement de la culture catalane, et avec la possible indépendance de la Catalogne. Pour lui, c'est l'exemple qu'il choisit, cet enseignement a du sens. Mais, semble-t-il, proposer un enseignement de provençal en Provence ne suffit pas à faire sens pour le représentant du ministre de l’Education.
 
Celui-ci convoquait, le 22 juin dernier, le Conseil Académique de la Langue Régionale. L’organisme, consultatif, plus chargé d’écouter le Recteur d’Académie que de lui faire des suggestions, est encadré par une circulaire de 2001, qui prévoit deux réunions par an par Académie : une pour examiner les résultats, une pour travailler à les améliorer. L’Académie d’Aix-Marseille, pourtant, n’a pas réuni cet organisme depuis décembre 2014.

Il n'a jamais accepté non plus d'appliquer sa propre règle et d'organiser la seconde réunion annuelle prévue par le texte.
 
Si l’on ne voit pas le représentant de l’Etat très volontaire pour aider à l’enseignement de notre langue régionale, le bilan de l’année écoulée est aussi terrible pour celle-ci. En 2015, 47 collèges dans l’Académie (Bouches-du-Rhône, Vaucluse, Alpes-de-Haute-Provence et Hautes-Alpes) proposaient un cours d’occitan-langue d’oc, selon la dénomination officielle du ministère. En 2017 ils sont dix de moins ! La réforme de Najat Vallaud-Belkacem est passée par là, a donné tous pouvoirs aux principaux de collèges qui, parfois pour de sordides histoires d’emploi du temps difficile à établir, ont acté la mort de l’enseignement du provençal, en Provence. On chercherait là en vain un quelconque « sens ».

Sans animateur de réseau scolaire l'enseignement de l'occitan ne fait aucun progrès

Plus de 8000 élèves apprennent encore l'occitan dans le premier degré. Ils ne représentent pas pourtant plus de 3% de l'effectif total (photo MN)
Plus de 8000 élèves apprennent encore l'occitan dans le premier degré. Ils ne représentent pas pourtant plus de 3% de l'effectif total (photo MN)
Les sempiternelles évaluations de niveau de compétences, scrupuleusement établies et toujours laudatrices, apparaissent comme pitoyables dans ce contexte ; les élèves sont excellents dans une matière que l’Education Nationale s’acharne à détruire. Ou à laisser mourir. « Il faut du sens à cet enseignement » dixit le Recteur d’Académie.
 
Dans le premier degré (maternelles et primaires) la population scolaire qui reçoit un enseignement en langue régionale reste stable, bien que n’excédant pas 3% de l’effectif total dans les Bouches-du-Rhône, le seul département de l’Académie où une réelle organisation préside à cet apprentissage.

Dans le Vaucluse l’unique demi-poste d’animatrice est éternellement précarisé, menaçant ses efforts d’anéantissement, d’une année sur l’autre.

Dans les Alpes, désert pour l’enseignement public de l’occitan, il n’y a de toute manière aucun soutien académique des enseignants qui manifesteraient leur envie. Pourtant ceux-ci ont réuni en mai 2016 à Digne 600 enfants pour les « Cantejadas », des chants en provençal qui ont attiré plus de deux mille personnes.

Cela semble t-il, ne portait pas "sens".
 
Avec 8375 élèves dans l’Académie, l’effectif scolaire du premier degré en perd toutefois 300, sur un an.

Moins de 2400 poursuivent au collège, un effectif appelé à fondre dès l’an prochain, quand les langues en option ne seront plus proposées qu’à partir de la classe de cinquième, à la discrétion de chefs d'établissements trop souvent hostiles.
 
Le Rectorat se refuse avec la dernière énergie à faire une quelconque communication vers les parents du primaire, pour tenter de renverser la situation. Les élèves ne sont en effet que rarement informés de l’existence d’un cours de langue régionale en France. 

Ni fleurs ni couronnes ni politique de communication de l'Etat

Alors, ce sont des collectivités qui, parfois, font le travail à sa place. C’est la politique du Conseil Départemental des Alpes-de-Haute-Provence, qui a largement distribué dans les collèges une information aux élèves. Mais la collectivité se heurte alors à une incohérence : l’Etat ne nomme pas de professeur ; un seul dans ce département court entre trois établissements, dont deux à plus de 70 km l’un de l’autre.
 
Seules, au fond, les écoles bilingues associatives Calandretas, tirent leur épingle du jeu. Elles sont en croissance, à Gap surtout, et à Orange également. Leur destruction organisée par asphyxie financière semble une situation révolue. En effet le Conseil Régional PACA s’est enfin aperçu qu’on n’y apprenait pas une langue étrangère, et rétablirait la subvention de 35 000 € que les services de M. Estrosi avait escamotés à l’automne dernier. Résultat, la Calendreta de Gap pourrait, comme prévu, effectuer les travaux d’agrandissement de sa cour de récréation, tout en s’assurant du second poste enseignant qui lui était indispensable, en réponse à l’augmentation de ses effectifs.

Et la présence à ce CALR d'élus importants reste l'autre élément positif de celui-ci. Philippe Vitel (Conseil Régional) et Geneviève Primiterra (Conseil Départemental des Alpes-de-Haute-Provence) avaient tenus à assister au Conseil Académique, accompagnés de leurs collaborateurs. 

Prendre le pouls de la volonté du Rectorat, faible, de la détresse des enseignants et des parents, forte, et de la volonté des associations, ferme, pourra leur être utile pour la suite des événements.
La Calandreta de Gap, selon sa fédération, retrouvera dès cette année sa subvention régionale. Les effectifs sont en hausse et un projet de nouvelle école cherche à émerger dans l'aire toulonnaise (photo MN)
La Calandreta de Gap, selon sa fédération, retrouvera dès cette année sa subvention régionale. Les effectifs sont en hausse et un projet de nouvelle école cherche à émerger dans l'aire toulonnaise (photo MN)

Mercredi 28 Juin 2017
michel Neumuller





1.Posté par Lo raiòu le 30/06/2017 10:33
Malerosament per vautres, provençaus d'amont e d'aval, coma per totes aqueles que sèm dinc lo Grand País d'Òc, o ai agut dich amai dinc lo blòg dau "Jornalet" : saique un jorn, los arguments de la legitimitat e de la demanda sociala sufiràn pas pus per revendicar un ensenhament de la lenga amai sa presença per carrièiras.

La societat a completament delaissat son identitat linguistica. E culturalament, s'es a mitat venduda. Als uèlhs dals decideires, onte es lo testimoniatge d'una societat occitana (provençala, limosina, gascona, eca...) que ne'n vòu ? Onte pòt aparéisser l'utilitat sociala e professionala d'aquí enlai ?

Emb dau silenci creissent de nòstra lenga, emb de l'absença remarcada de nòstra cultura puslèu morenta, non podiam qu'èstre remocats d'aquel biais un jorn o l'autre. L'argument dau "sen" d'aqueste ensenhament au sègle 21en deviá ponchejar quauque moment.
Solament, quand disètz aquò, vist las reaccions de certans ensenhaires, semblatz qu'avètz blasfemat...

O tòrne dire sens complèxe : amai las condicions socioeconomicas e la societat agon chanjat, tot es pas estat ensajat per conscientizar large la populacion. Amai se tot es pas de nòstra fauta, militants, avèm mancat tanben, segon ieu, d'originalitat d'analisi e de metodologia, d'organizacion e de solidaritat. Ne'n manca pas de monde qu'an d'idèias. Mès son pas forçadament escotats quand la fiertat d'annadas de militança de certans e lur orguèlh s'arrapan coma rèsi a una dinamica chorranta, de las resultas traças o estèrlas, menant finalament despuèi de decenias a una endrona de silenci e de mespretz estitucionaus.

Pense que Catalonha, se contunha de faire avans coma o fai, enfluençarà l'identitat nòstra, ne'n recaçarà respectuosament las rèstas, e son modèle economic, sociau saique capitarà la favor dals elèits locaus e de las estitucions. Es sovent coma aquò que fonciona l'Istòria.

2.Posté par Gèli Fossat le 01/07/2017 08:42
Siam ben servits.... E lo refús de la Region PACA de se jonher a l'OPLO fai qu'apondre d'empachas.
Dins Aquò d'aqui de març, l'article "Tout va bien... à Toulouse" mòstra ben, un còp de mai, tot es question de volontat, e pas de "sens" !

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.