Mille excuses...

Un petit retard pour la réception de notre mensuel n° 300. Désolé et aidez nous à faire mieux.

Qu'il est difficile de tenir la gageure! Un numéro par mois, de bonne qualité, dans les temps. Cette fois-ci nous n'y arrivons pas vraiment.






            partager partager

Langue d'Oc à l’école : sans animateurs les effectifs baissent


Alors que le soutien académique à l’enseignement de l’occitan baisse, les effectifs scolaires stagnent. La relation de cause à effet semble évidente pour les défenseurs de la langue régionale. Ceux-ci réclament l’ouverture ou le maintien de postes d’animateurs chargés du soutien des enseignants de langue d’oc.



Après une rapide progression durant les années 2007-08 le nombre d’élèves bénéficiant d’un enseignement d’occitan se stabilise depuis deux ans autour de 12 500 élèves dans l’Académie d’Aix-Marseille. Ils seraient 9000 dans le premier degré, et 3500 dans les collèges et lycées.

Ce chiffre qui ferait pâlir d’envie plus d’une académie entre Bordeaux et Nice doit pourtant être relativisé. 3% de l’effectif scolaire total est concerné par cet enseignement dans les départements de l’Académie : Alpes de Haute Provence, Hautes Alpes, Bouches-du-Rhône et Vaucluse, où 280 000 élèves sont inscrits.

Encore ce résultat à la fois envié et améliorable doit-il pour l’essentiel aux efforts entrepris depuis vingt ans dans les seules Bouches-du-Rhône. On y recense 7495 élèves recevant un enseignement en provençal dans le premier degré, c’est-à-dire dans les classes de maternelle et de primaire. Là le chiffre progresse.

On le doit à un système pérenne, monté à partir du début des années 1990. A cette époque se crée sous l’impulsion d’un groupe d’enseignants et d’un inspecteur de l’Education Nationale une « mission académique » qui va d’abord aider les projets d’enseignements à naître dans certaines écoles. Elle va ensuite les fédérer au sein d’un réseau, qui compte à ce jour 27 écoles communales.

Accompagner les projets de collèges à filière bilingue

Les Bouches-du-Rhône tirent les effectifs vers le haut mais ceux ci stagnent désormais (CALR DR)
Les Bouches-du-Rhône tirent les effectifs vers le haut mais ceux ci stagnent désormais (CALR DR)
Ultime initiative au sein de ce réseau, l’émergence de deux projets d’écoles bilingues : à Maillane d’abord en 2010, puis à Martigues l’année suivante. Toutefois, l’équipe de la « Mission académique langue régionale », qui s’était étoffée afin d’apporter soutien et outils pédagogiques aux enseignants, se voit réduite depuis quatre ans. A la faveur des départs en retraite des pionniers, elle va passer de quatre à trois enseignants.

Or, c’est ce qui a coincé, pour plusieurs représentants, tant associatifs que syndicaux, lors du dernier Conseil Académique de la Langue Régionale, un organisme d'information qui réunit syndicats, associations et inspecteurs d'Académie une fois par an, sous la houlette du recteur Bernard Dubreuil.

Ce CALR s'est réuni le 29 novembre dernier.   Et la demande qu’il a reçu c’est bien d'en revenir à une Mission académique de quatre formateurs et accompagnateurs de projets d’école, dans les Bouches-du-Rhône.

Le syndicat Snes et l’association Aeloc en particulier l’ont réclamé. Il s’agirait de se donner les moyens de poursuivre les efforts entrepris, et d’accompagner de nouvelles écoles où une équipe enseignante aurait envie de mettre le provençal, ou l’alpin d’oc, au cœur de son projet.

Dans les Bouches-du-Rhône, ces moyens semblent particulièrement nécessaires. Les besoins évoluent en effet. Le maillage d’écoles en provençal a conduit l’an passé à l’ouverture d’un collège, à St-Rémy de Provence, à filière bilingue. Et un second suivra, à Martigues, en 2015.

Dans les Alpes un désert scolaire occitan

Le nouveau recteur d'Académie Bernard Dubreuil vient de présider son premier CALR (photo MN)
Le nouveau recteur d'Académie Bernard Dubreuil vient de présider son premier CALR (photo MN)
Dans les deux départements alpins c’est la naissance d’un tel système d’accompagnement enseignant qui est fortement suggérée, par le Snes, au recteur. Le syndicat, comme l’Aeloc, y demande la création d’un poste d’animateur, afin de soutenir les enseignants qui voudraient remettre l’occitan au programme.

Là, l’enseignement du provençal ou du gavot est sinistré. Les bonnes volontés n’y suffisent plus. 30 élèves à peine pour un département de 140 000 habitants, auxquels l’Académie ajoute des élèves « sensibilisés » dont on ne recense même pas le nombre.

Si les Hautes Alpes font un peu mieux c’est en raison de la Calandreta, l’école associative bilingue de Gap, qui recueille 20 élèves.

Cinq collèges organisent un cours de langue régionale dans ces deux départements alpins. Mais sans apports du primaire combien de temps proposeront-ils cet enseignement ? Faute d’inscrits, ces enseignements peuvent parfaitement disparaître. C’est ce qu’on annonce par exemple au lycée privé aixois de La Nativité.

Or,  dans les collèges d'Embrun et de Briançon, aucune demande d’élève n’a été enregistrée pour cette année scolaire. 

Les moyens d’accompagnement divisés par deux en Vaucluse

Les besoins d'animation  évoluent à la hausse avec l'évolution des écoles, comme ici celle de Maillane qui peu à peu devient école bilingue (photo MN)
Les besoins d'animation évoluent à la hausse avec l'évolution des écoles, comme ici celle de Maillane qui peu à peu devient école bilingue (photo MN)
Dans le Vaucluse, une incroyable logique a conduit à réduire de moitié le poste d’animateur qui avait été voulu, soutenu et maintenu à la fois par les associations de promotion de la langue d’Oc et par le recteur Jean-Paul de Gaudemar.

Afin de doter une école dans un contexte de rareté des enseignants, l’animatrice de provençal a en effet du rejoindre un poste enseignant à mi-temps à la rentrée. Ne reste donc, comme c’était le cas en 2009, qu’un demi-poste d’animateur.

Dans le premier degré ce poste d’animateur avait contribué au fort développement du provençal à l’école primaire. Mis à part la Calandreta d’Orange, créée en 1993 et toujours en bonne santé avec 70 à 80 élèves inscrits selon les années, les écoles du Vaucluse enseignaient la langue régionale à 1224 élèves en 2008-09. Deux ans après, ils étaient 450 de plus.

Sans efforts supplémentaires, les effectifs de provençal sont destinés à se tasser puis à régresser. Les effectifs des collèges de l’Académie en donnent une idée. De 3109 élèves recensés en 2008-09, ils sont passés à 2637 en 2011-12, alors même que le nombre de collèges enseignant l’occitan est resté constant. Ils sont 55.

Des « camins de lenga » favorables aux apprentissages de langues étrangères

Les effectifs de ces collèges sont certes en régression, et cela durera jusqu’en 2020, pour des raisons démographiques. Mais dans le même temps la nécessité de parler plusieurs langues devient plus évidente dans le monde du travail que rejoindront un jour ces collégiens.

Or, l’Académie elle-même a mis en lumière voici trois ans avec son opuscule « camin de lengas » que la correspondance entre langues romanes était forte, et pouvait être valorisée à partir de la langue régionale. Enseignement dans lequel les élèves se sentent d’entrée de jeu à l’aise, celui de l’occitan conduit à celui de l’espagnol ou de l’italien et du portugais avec plus d’aisance.

En favorisant la langue d’Oc, le système éducatif améliorerait l’apprentissage de l’ensemble de ces langues, comme l’apprentissage de l’alsacien en Alsace a favorisé le maintien de l’enseignement de  l’allemand. 

Encore faut-il se donner les moyens d’atteindre cet objectif. 
La population urbaine bénéficie plus d'enseignement du provençal que celle des départements alpins (CALR DR)
La population urbaine bénéficie plus d'enseignement du provençal que celle des départements alpins (CALR DR)

Samedi 8 Décembre 2012
Michel Neumuller





1.Posté par sarlandie le 11/04/2013 15:58
Bonjour,

Nous allons nous établir à Briançon.Notre fille,8 ans,est scolarisée dans une calendretta à Millau,elle est en CE2 et bilingue français/occitan depuis 3 ans 1/2.Existe-t-il des solutions sur Briançon.
En vous remerciant,

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


300 ! un dossier spécial Catalogne à l'heure décisive

Dison que...

1851 : defendre la Republica en provençau

L’historien Renat Merle nous rappelle que la résistance au coup d’Etat du 2 décembre 1851, fut le fait de ruraux qui parlaient occitan. Les meilleurs défenseurs de la République française. Avis aux Républicains amnésiques de 2017.

1851 : defendre la Republica en provençau
A la fin de l’an 1848, un aventurier politic, Louis Napoléon Bonaparte, es estat elegit president de la Republica, amb lo prestigi de son nom e l’adesion de l’immense monde rurau, que portava seis esperanças de dignitat e de progrès.

Mais dins lei fachs, lo President bailejava la Republica dau partit de l’Òrdre, valent a dire la Republica conservatriça, aquela dei Gròs.
 

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.