La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

L’Ostau dau País Marselhés pousse les murs à partir de vendredi

L'association occitaniste agit désormais au 18 rue de l'Olivier, à La Plaine


MARSEILLE. Président de l’Ostau dau País Marselhés depuis février 2014, Cristòu Redon a commencé sa présidence par un chantier important. Car l’Ostau déménage. Il quitte son petit local historique de la rue des Trois Mages pour plus grand…et plus chaud, rue de l’Olivier. L’inauguration est prévue ce vendredi 24 octobre.



Exit le 5 rue des Trois Mages, pour cause d'exiguité et de froidure. Le grand nombre de "radiateurs" humains à 37° ne suffisait pas au coeur de l'hiver...(photo MN)
Exit le 5 rue des Trois Mages, pour cause d'exiguité et de froidure. Le grand nombre de "radiateurs" humains à 37° ne suffisait pas au coeur de l'hiver...(photo MN)
Il y a des mois qu’on n'entend quasi plus parler de l’OPM. Que devient-il ?
2014 aura été une année peu prolifique au point de vue des animations musicales, car nous avons été en fait occupés à rénover le local que nous occuperons désormais à La Plaine. Ce sont des travaux que nous avons auto financés. Le gros œuvre a été confié à des entreprises, mais depuis le mois de mai, ce sont nos adhérents, et particulièrement notre nouveau salarié, Guillaume Tamisier, artiste par ailleurs, qui s’occupe de mener à bien le chantier.

L’inauguration est pour très bientôt, non ? Et après ?
Nous inaugurons le local le vendredi 24 octobre, avec des concerts. Christian Fromentin dès 18 h puis Gacha Empega e Daqui Dub animeront la soirée. Mais le 17 nous avons déjà invité nos voisins à découvrir le local et ce qu’on y fait.

Il est toutefois encore difficile de parler de la programmation, car nous avons porté tous nos efforts sur le déménagement.

Certaines choses sont engagées, nous les annoncerons quand elles seront actées. Une chose est certaine, nous organiserons une conférence sur Frédéric Mistral avant la fin de l’année.

Plus grand et plus chaud mais toujours occitan et du quartier

Faisons le tour du propriétaire. Que va louer l’OPM, 18 rue de l’Olivier ?
Nous passons de 40 m2 à 90, plus une vingtaine de mètres carrés de bureaux. Le local comporte aussi un petit studio, propre à loger des intervenants ou artistes venus de loin. Cela permettra de limiter leurs frais d’hébergement.

Pourquoi avoir déménagé ? Uniquement pour gagner de la place ?
Il y avait plusieurs raisons. Notre ancien local était trop exigu pour proposer des concerts par exemple. On pouvait les organiser hors les murs, mais c’était plus intéressant d’utiliser nos locaux comme lieu d’animations. Nous l’avons insonorisé pour respecter le voisinage.

Et puis, l’hiver c’était compliqué d’organiser nos cours d’occitan ou de violon rue des Trois Mages. Il faisait froid et parfois c’était rude. Autant ne pas jouer du violon en mitaines ! Désormais ce sera chauffé et plus agréable, clairement.

Qu’est-ce qui se passera durant la semaine à l’OPM, en particulier en occitan ?
L’OPM ce sont 250 adhérents, et des ateliers du lundi au jeudi. L’occitan sur plusieurs niveaux le lundi, pour les cours de Mireille Combe, et le mardi des ateliers d’occitan axés sur la discussion, avec Sébastien Abbal ; Christian Fromentin anime un atelier de violon le mercredi ; et le jeudi place au tambourin et au chant italien avec Maura Guerrera. 

En tout cas, le simple fait d’accueillir le public des conférences, avec un niveau de chaleur – ou de fraîcheur l’été - enfin correct, devrait les rendre plus populaires !

Mis à part les cours, nous envisageons des weekends de type séminaire, pour parler occitan. Et comme nous aurons une cuisine, il est possible que nous puissions allier la confection de repas et la pratique de la langue. Ça pourrait être assez convivial. 

Cristòu Redon, president de l'OPM depuis le début 2014 (photo MN)
Cristòu Redon, president de l'OPM depuis le début 2014 (photo MN)
Lieu de ressources occitaniste, l’Ostau est aussi un centre d’animation de quartier. Cette fonction suit-elle les meubles dans le nouveau local ?
Nous voulons continuer avec le même mode de fonctionnement. Ceci-dit nous ne sommes plus sur le même passage, et pour éviter les « déperditions » du public, nous allons essayer d’ouvrir tous les vendredis. Nous le ferons pour tenter de garder à l’Ostau sa fonction de lieu de vie du quartier. Précisons que nous restons bien à La Plaine…on ne va jamais que 150 m plus loin.

Nous allons maintenir nos deux spécificités : rester une association occitaniste, et une association de quartier. Les deux particularités font partie de notre ADN. Nous n’avons pas de critères d’accueil, des gens de 18 à 70 ans venant de toutes les couches sociales fréquentent l’Ostau. Cet esprit d’ouverture nous permet de faire passer le message de la culture occitane, et on tient à ce que ça demeure ainsi.

Quelle sera la prochaine initiative de l’OPM, après l’inauguration de son local ?
Nous allons assister à l’Uvernada, une fête importante dans les Valadas, à Borgo San Dalmazzo. Nous y avons un stand, et viendront Massilia Sound System et La Talvera. Ça promet d’être un moment culturel et festif important.

Lire aussi : La Plaine s'est donnée rendez-vous à l 'Ostau dau País Marselhés 

Dimanche 19 Octobre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.