La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Abonnez-vous vite !


Tatou parle de la préparation des albums de Moussu T. dans ce numéro d’été, pendant que nous vous initions à l’héraldique occitane, et que vous êtes invités à « vous embrasser comme des coucourdes ». N’oubliez pas d’envoyer votre abonnement au plus vite, pour recevoir ce numéro rafraichissant dès fin juillet.



L’été s’y prête sans doute, et c’est en musique que nous vous invitons à vous abonner au mensuel Aquò d’Aquí. Certainement pour profiter de ses contenus originaux et exclusifs en occitan provençal, niçois ou gavot, comme en français. Sans doute aussi parce que sans vos abonnements, Aquò d’Aquí ne survivrait pas, et la présence de la langue d’oc dans l’information d’actualité en Provence Alpes Côte d’Azur s’éteindrait.
 
C’est dire à quel point nous tenons à vous.
 
Aussi nous vous avons concocté un sommaire au petit poil.

Tatou, Cylsée, Danièla Julien, Mirèio, Max Rouquette...Rien que ça !

Tatou, le fondateur du Massilia Sound System lève le voile sur le processus créatif du groupe qu’il forme avec Blu Attard, Moussu T. e lei Jovents. Etrange ! Tatou compare ce processus à la cuisine, idem quand il aborde le fond : tout ce que nous reconnaissons comme si profondément de chez nous…vient d’ailleurs. Une belle rencontre qui devrait vous donner envie d’écouter son dernier album, Navega, car nous en parlons abondamment.
 
Connaissez-vous Cylsée ? Globe trotter musical, la jeune femme est Parisienne (comme Tatou à l’origine !) et se met à l’occitan en découvrant l’œuvre poétique de Max Rouquette. Le Festival Arlésien Convivència l’invite le 14 juillet. Et Viviana Roux nous la fait découvrir.
 
Danièla Julien, vous le savez depuis le mois dernier, est appréciée à Aquò d’Aquí. D’autant plus quand elle nous régale de sa vision des jeunes héroïnes chez Mistral. Ah ! ne lui dites pas que Mirèio est une « vierge effarouchée ». Sous sa plume, vous ne la verrez plus que comme une boule de volonté.
 
Gerard Phavorin vous dit aussi sa façon de voir l’actualité…Nos abonnés le savent déjà, cette vision peut-être féroce à l’occasion, le recteur d’Académie pourrait s’en souvenir, qui ne voit pas bien quel sens donner à l’enseignement de notre langue régionale…Et il peut être parfaitement civil aussi : d’ailleurs vous verrez bien avec sa façon de célébrer le 150è anniversaire de la Coupo Santo
 
Puisque nous abordons le sujet, si vous souhaitez blasonner en Occitanie, nous vous mettons en relation avec Alban Bertero. Ce fanatique de l’héraldique a traqué tout ce qui concerne l’écu symbolique dans le Tresor dóu Felibrige. Vous retrouverez surement le blason de chez vous dans son ouvrage, dont nous ne pouvons que dire du bien.
 
Bon, vous, lecteurs, et nous afouga, on va s’embrasser comme des coucourdes ! Mais pour une étreinte intelligente et amusante, allez quand même voir avant ce qu’en dit Médéric Gasquet-Cyrus
 
Et encore, on ne vous dit pas tout sur ce sommaire, ce serait  trop long. Vous aurez plus vite fait d’envoyer votre chèque d’abonnement, vous verrez bien ensuite.
 
Pour l’Occitanie (la grande, hein ! pas l’administrative qui redessine les frontières en excluant les Provençaux), la Provence, et ..vous-même.
 
 

Jeudi 13 Juillet 2017
Aquò d'Aquí




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.