Terre d'élection

Il y a les candidats qui parlent occitan, ceux qui font des promesses pour les langues régionales, et ceux qui ne comprennent pas tout à fait qui nous sommes.

Hou ! la…Non, pas de consignes de vote avec Aquò d’Aquí. Il faudra vous débrouiller sans. Nous sommes certains que vous vous en sortirez très bien sans nous.






            partager partager

Han Shook, cet Occitan qui venait des polders


Ecrivain d'expression occitane, collecteur de mémoire, auteur d'un lexique du Trievas, cet ancien mécanicien et paysan avait quitté les Pays-Bas après 1968 et, en Drôme, défendait la langue de son pays d'adoption.



Han Shook, ces dernières années (photo XDR)
Han Shook, ces dernières années (photo XDR)
Son ami Jean-Bernard Plantevin nous y avait préparés : "Han est reparti en Hollande, dans un établissement de soins palliatifs".  Et bien entendu, nous voulions malgré tout espérer.

Mais Han Shook est décédé ce mardi 15 novembre. Une voix occitane s'est à nouveau tue. 

L'Occitan venu du Septentrion

Ce personnage haut en couleurs,  à la démarche orginale, attaché à son pays d'adoption, y avait "planté cavilha". Venu de sa Hollande natale, où déjà il se passionnait pour les manières de vivre alternatives, Han Shook s'installera en Drôme après 1968. Tour à tour mécanicien - spécialiste européen de la Citroën 2CV - et paysan, il se passionne pour cette langue qu'il entend encore dans les montagnes où il est venu vivre et cherche le contact avec autrui.

Nous lui devons un Lexique du Trievas, et quelques oeuvres littéraires, qui ont souvent pour cadre l'époque de l'occupation. Elles sont rédigées dans cet occitan qu'il pratiquait, au point de devenir une référence dans le travail de collectage en Drôme montagnarde.

Un temps il retourne dans les Pays-Bas, soigner un dos que le métier d'agriculteur n'a pas épargné. Puis il revient, et écrit encore.

Cet amoureux du pays et de tous les aspects de sa culture, fin connaisseur de sa langue, mérite de figurer dans notre panthéon mental, celui de ces forastiers qui sont devenus les plus fins des Occitans conscients ; ceux dont la vision s'élargit et qui montrent un respect absolu de la culture de leur pays d'adoption. Au point d'en faire passer la langue à ceux qui, nés ici, l'ont eux perdue.

Adessiatz l'amic! Avèm sachut ta despartida au moment dau boclatge de nòstra letra setmanièra. Adonc, parlarem mai de tu e de ton biais de dire et de faire.

Mercredi 16 Novembre 2016
Aquò d'Aquí





1.Posté par Laurenç le 16/11/2016 22:39 (depuis mobile)
Adieu Grand Monsur.
Bel trabalh de fach. Mercés

2.Posté par FANDARD Thierry le 30/03/2017 21:04
Nous vivions en tant que voisins par delà les collines qui nous séparaient entre Die et la ferme de la Combe à Ponet...
Souvenirs de jeunesse qui s'envolent avec l'accent et les rires de Han que je connaissais depuis 1977, j'avais 7 ans...
Puisse son humour et son travail littéraire perdurer grâce à la technologie et les gens de terrain.
Adieu voisin Hollandais Diois ! Pensées émues pour sa famille.

Thierry 26150 Die Drôme FRANCE

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Fées et sorcières ici et planètes habitables là-bas

Dison que...

Soyez propres et parlez sans accents

Les journalistes de la télévision publique sont tout simplement priés de rejoindre la périphérie hexagonale, s'ils parlent comme nous. Liberté, égalité, fraternité, mais pas sur les ondes.

En France,  journaliste de radio-télé avec un accent régional, vous seriez interdits d'antenne nationale. Tel est le catéchisme des bailes dans les chaînes publiques.

 

Soyez propres et parlez sans accents

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.