Catalogne : pourquoi le référendum d’autodétermination ?

Depuis que les Félibres ont chanté « Catalan de liuen o fraire… », nos voisins, frères linguistiques, ne nous laissent pas indifférents. Le premier octobre prochain ils choisissent de devenir indépendants, ou pas. Essayons d’expliquer pourquoi et comment.

Les médias français ont un mal certain à appréhender la réalité de la situation politique catalane d’Espagne. Avec, disons-le, une tour Eiffel en tête, les journalistes de la télévision hexagonale, en général, plaquent une conception française sur une réalité catalane.






            partager partager

Gaston Dominici coupable idéal


TOULON. Le patriarche de Lurs ne s’exprimait que peu, et souvent en provençal. Il n’avait pas les codes nécessaires face au tribunal qui le condamna à mort en 1952. André Neyton propose à Toulon une lecture « etnhoculturelle » de l’affaire qui défraya la chronique.



Gaston Dominici face à la police, ses juges, son entourage...et une société qui condamne le patois...(photo XDR)
Gaston Dominici face à la police, ses juges, son entourage...et une société qui condamne le patois...(photo XDR)
Gaston Dominici fut condamné à mort pour le meurtre d’une famille anglaise en 1952, parce qu’il n’avait ni les mots ni les codes pour se défendre devant le tribunal qui l’a jugé.
 
Ce paysan des environs de Lurs, en Haute Provence, utilisait le provençal ou un français qui en découlait immédiatement. C’est sous cet angle qu’André Neyton, du Centre Dramatique Occitan de Toulon, cherche à nous rappeler cette affaire qui défraya la chronique, et dont on parlait encore souvent trente ans après les faits, localement.
 
En fait on ne sait toujours pas qui a tué la famille Drummond en ce mois d’août 1952. Il a même été dit que le père, ancien agent britannique en relation avec la Résistance locale durant l’occupation, savait trop de choses.
 
Mais Gaston Dominici, le patriarche taiseux, accusé par ses propres fils, lui-même ancien enfant au destin difficile, faisait un coupable idéal. Incapable de se défendre.
 
André Neyton avait déjà révélé, voici dix ans, avec le Soldat O (Odde, fusillé en 1914 pour l’exemple) la façon dont la société française faisait payer aux Provençaux leur différence. Le voici à nouveau enfourchant une histoire exemplaire, la fouillant grâce à un travail d’enquête et d’introspection qui met en lumière la difficulté d’être « hors la norme ».
 
Le spectacle est en occitan de Provence et en français, selon une méthode bien rodée par le CDO, et le sous titrage facilite la compréhension par tous de ce qui se dit sur scène.

Espace Comedia à Toulon, 10 rue Orvès – Le Mourillon. www.espacecomedia.com
Représentations samedi 12 mars à 20h45, vendredi 18 mars à 20h45 et dimanche 20 mars à 16H 

Samedi 12 Mars 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Un numéro aussi rural qu’international

Dison que...

Primadié, Jòrgi Reboul, Pèire Rouquette, votre souffle nous inspire

Le référendum pour l'indépendance de la Catalogne est jugé illégal par le Tribunal Constitutionnel Espagnol. Aussi le gouvernement judiciarise cet événement politique, et fait taire les sites internet qui en informent les citoyens.

La gravité croissante des évènements de Catalogne nous interpelle. Bien sûr c’est loin d’être le seul pays au monde à connaitre ce type de tension. Et nous vous avons peu parlé de la Syrie ou  de la Libye…

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.