Catalogne : pourquoi le référendum d’autodétermination ?

Depuis que les Félibres ont chanté « Catalan de liuen o fraire… », nos voisins, frères linguistiques, ne nous laissent pas indifférents. Le premier octobre prochain ils choisissent de devenir indépendants, ou pas. Essayons d’expliquer pourquoi et comment.

Les médias français ont un mal certain à appréhender la réalité de la situation politique catalane d’Espagne. Avec, disons-le, une tour Eiffel en tête, les journalistes de la télévision hexagonale, en général, plaquent une conception française sur une réalité catalane.






            partager partager

Enquista sus lei noms de luecs en país arlatenc

Toponymie du pays d'Arles, de Gilles Fossat


ARLES. Gilles Fossat explique l’origine des noms de lieux du pays d’Arles. Entre faux amis et chausse-trapes lexicales, il nous entraîne dans les passés provençaux. Et sa machine à voyager dans le temps et l’espace consomme du latin, de l’occitan, du celte, du ligure et du germain.



A travers l'occitan et le celto-ligure, sans guide on en perdrait son latin !
A travers l'occitan et le celto-ligure, sans guide on en perdrait son latin !
Estudiar la toponimia d’un luec es coma jugar ai escondalhas .

E Gèli Fossat es un bòn jugaire, pron pedagogic, coma nos l’aviá fa legir li a dos ans am’un Les Noms de l’eau en Vaucluse, en cò de L’Harmattan.
 
Tòrna am’un segond librilhon, aqueu sus la Toponymie du pays d’Arles. L’obratge, en francés ditz, ben segur, un molonàs de noms d’endrechs en occitan.
 
Mai es pas tant simple.

« Li a fòrça trapèlas e faus amics », que nos avisa l’autor, « bòrd que quand lo sens premier es plus entendut, lei noms de luec son mai que d’un còp atrivats per de noms d’una forma vesina ».
 
Segur l’occitan se tròba dins la màger part d’aquelei noms d’endrechs onte marcham, laissam la veitura o que legissèm dins lo jornau… Pasmens…
 
Vaquí Verquières, la dòta en lenga occitana, que lo nom a caminat fin qu’a significar « bòna tèrra ».

L’explica nos vèn dau latin e de l’occitan.
 
Tot parier de l’Escampadou, que sèrv pèr escampar l’aiga après lo molin a Maussana.

Dau temps que la Provença èra alemanda

Guarrigue, entre racine pré celtique "Kar" (pierre) et lieux où poussent le garric (kermès) (photo XDR)
Guarrigue, entre racine pré celtique "Kar" (pierre) et lieux où poussent le garric (kermès) (photo XDR)
O encara dei Segonneaux (Arle), que ditz, pròche dau Ròse, lo relarg onte s’espandís lo flume, aqueu que i laissarà de crements. Lo segonau es un terrenh restancat !
 
Mai amé La Gaze (Lei Santas) ò La Gaffe (Barbentana), lei causas s’embrolhan una briga : nos vèn segur dau latin vadum, passat a l’occitan gafa , per lo mejan de la germanisacion dau latin…
 
E nòstrei Guarrigues, se, segur, dison ben que i trobarem fòrça garrics , nos vènon pasmens de temps mai ancians, quand lei parlats dau Ligure utilisiavan aqueu mòt per dire lo plantum que cressiá sus lo rocàs.
 
Mai fin qu’ara siam totjorn dins lo ròdol de l’occitan.

Es pas lo cas amé La Galine (Sant-Romieg), que pasmens se trobariá pas mens occitan qu’aqueu nom de polalha.

Gèli Fossat nos sotalinha qu’una familha de proprietaris es ben presenta dins leis actes oficiaus tre lo sègle XIII : encara un German, Gailanus, que nos rementa qu’a l’edat mejana, la Provença èra sota admenistracion burgonda.
 
E, tot parier, podètz ben agachar la carta IGN, a Aureilles, veiretz pas que que siegue que ressembla a nòstre pavalhon auditiu.

Ges d’auricula aquí, mai simplament la piada dau proprietari d’una vilà romana, qu’eu benleu leis aviá ben desvelopadas leis aurelhas, Aurelius.
 
E es encara lo cas de Malhana. Mistral a viscut, se podem dire, sus lei tèrras d’un antic Mallius.

Dur ! dur ! L’occitan raja pas totjorn au bornèu

Se tot plen de mòts dau terraire devon un pauc ai lengas pre-latinas, coma Barbentane (la còla de Barbatus, main benleu l'autura pre latina "ber") n’i a quauqueis uns que li devon ren, coma nòstre brava Durença.
 
Ren de mai provençau qu’aquela ribiera ferotja que son nom pasmens deu ren a l’occitan : dreu qu’es pre latin mai atrivat per lo latin dur (que trobam encara dins Droma o Dordonha) e antia, que mai que d’un riu d’Auvernha se ditz Ance.
 
Enquistaire dei cartas, Gèli Fossat descava coma aquò mai de dos cents noms d’endrechs dau país que va de la Camarga a Tarascon.

E una dei rasons de se’n congostar, es ben qu’aquelei noms lei trobam quasi de’n pertot en Provença.
Faites "gaffe" à ne pas vous mouiller les pieds au passage à gué! (photo XDR)
Faites "gaffe" à ne pas vous mouiller les pieds au passage à gué! (photo XDR)

Toponymie du pays d’Arles, origine, évolutions et signification des noms de lieux ; Gilles Fossat, ed. L’Harmattan, (21,4/13,4) 105p. 12,50€. Lire aussi du même auteur, même éditeur : Les noms de l’eau en Vaucluse).

Samedi 14 Mars 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d’Aquí de septembre marche sur les cendres

Dison que...

France info et l'altérité

Si vous voulez comprendre ce qui se joue en Catalogne, croyez-moi, évitez les médias publics français.

France info et l'altérité
ça ne s'arrange pas. La couverture du référendum catalan pour l'indépendance prévu pour le 1er octobre prochain est toujours aussi mal assurée par la plupart des chaînes de TV et stations de radio publiques françaises.



 

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.