La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

D’abelhas a l’Ostau de Regien per aparar la diversitat


Au printemps dernier 80% des ruches de la plaine de Crau ont été anéanties. Variations climatiques, maladies, pesticides…les causes se cumulent. L’abeille semble plus en sécurité en ville. A Marseille l’Hôtel de Région en accueille désormais et passe un accord avec les apiculteurs.



Sur le toit de l'Hôtel de Région, Henri Clément visite les ruches "urbaines" (photo MN)
Sur le toit de l'Hôtel de Région, Henri Clément visite les ruches "urbaines" (photo MN)
Dins l’entrelaç dei bornèus e dei escampadors de climatisacien de sa teulissa, l’Ostau de Regien assosta desenant una desena de bruscs . E lo mèu es chanut ! Pusleu fòrt en gost. Fai tres mes que lei quauquei 200 000 butinairitz « regionalas » voletan dei flors dei balcons an’aquelei dei falabreguiers , a tres quilomètres a l’entorn.
 
Per Enric Clement, lo president de l’Unien Nacionala de l’Apicultura Francesa, « es un paradòxe mai en vila, onte fai fa un pauc mai caud qu’a la campanha, e onte trobam pas toteis aquelei pesticides, lei floresons s’encadenan d’un biais continú. Resultat, leis abelhas vivon mai ben aquí que dins lei tèrras ».
 
Lo Consèu Regionau Provença Aups Còsta d’Azur vèn de signar la charta de partenariat d’aquela Unaf, per « Lo programme Abelha sentinèla de l’environament ». Vaquí la rason d’aquela installacien de bruscs au mitan de Marselha.

Amé lo Consèu Regionau, trobaram ren que l’Ostau Mediterranèa (30), e la Vila de Vitròlas (13). Ce qu’empacha pas d’autreis entitats de demandar a l’abelhaire de plantar cavilha  : lo Tecnopòle de l’Arbois, pròche d’Ais, o l’Ostau de Vila dau Martegue l’an dejà fach, fòra de l’Unaf.
 

Leis empachas mancan pas : varroà cabridan , pesticides…

L’abelha a besonh d’èstre protegida, que seis auvàris mancan pas. Lei pesticides dei tèrras lei afeblisson, lo manca de plueja a la prima tanben, «  mai lo màger es lo varroà, un acarian que s’espandis despuei 1982, e que pòu fondre  lei colonias » nos vèn Gerard Omelas, abelhaire pastre d’abelhas, e caminòt a Marselha.
 
Am’aquò, vaquí qu’arriba pereu lo cabridan asiatic, un terrible chaplaire d’abelhas. 
 
L’apicultura en Provença, es a l’ora d’ara 165 000 bruscs qu’esplechan aperaquí 4500 pastres d’abelhas, que 330 pasmens son ren que de mònò actius. Produson 2000 tonas de mèu chasque an, que per 60% son venduts directament a la practica.

Mai urosas en vila que dins lei tèrras !

Indispensable mais fragile (photo MN)
Indispensable mais fragile (photo MN)
« Mai tot aquò declina » ajusta Enric Clement ; « amé la desparicien massiva deis abelhas dins lo monde despuei vint ans ». La polinisacien, l’asseguran per aperaquí 35% dei plantas cultivadas, que sens elei serián pas tant divèrsas.
 
« En França, una estimacien ditz que serià 7 milliards d’abelhas l’an que mòron dau fach deis empachas de la « modernitat », dirà encara Enric Clement.
 
Lo sosten de la professien pèr totei lei mejans possibles seriá adonc pas mens qu’una ajuda a la diversitat dins nòstrei sietas.

Mardi 7 Juillet 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.