La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

Correns : les Joutes musicales invitent à la migration


CORRENS. Trio Brou-Hamon-Quimbert, Pura Fé, Debdemba, Baltazar Montanaro-Sophie Cavez, Jean-Louis Ruf-Costanzo, Tarek Abdallah, Aurélia Lassaque, Chet Nuna…l’affiche est toute de diversité et de qualité pour ce long weekend de Pentecôte à Correns. Mais pour ces 18è Joutes musicales, Le Chantier a voulu d’abord inviter en musique à la réflexion sur le phénomène majeur de ce début de XXIè siècle, les migrations.



Les Joutes musicales de Correns accueilleront leur créateur, Miquèu Montanaro, dans un quatuor musical, poétique et transculture, avec Aurélia Lassaque, Benat Achiary et Anorar Dekkaki, le dimanche 24 mai à 15h30 (photo MN)
Les Joutes musicales de Correns accueilleront leur créateur, Miquèu Montanaro, dans un quatuor musical, poétique et transculture, avec Aurélia Lassaque, Benat Achiary et Anorar Dekkaki, le dimanche 24 mai à 15h30 (photo MN)
« De toutes façons que voudra dire vivre au pays dans seulement dix ans ? Les migrants climatiques vont arriver en masse et en flots continus en Europe, il faut s’y préparer et se préparer à une sorte de bouleversement continu ».

Ces mots c’est le sociologue Bernard Picon qui les prononçait lors d’un colloque arlésien consacré à la notion de « vivre au pays », en 2005.


On n’imaginait pas alors le Printemps Arabe, qui certes devait ouvrir des espoirs de liberté et de développement, mais qui déboucha sur une période d’instabilité majeure au Proche Orient, jetant des centaines de milliers de réfugiés au milieu de la Méditerranée, pour leur malheur.


Comment réfléchir l’inéluctable, l’arrivée continue de populations aux modes de pensée différents, aux cultures diverses, dans une Europe qui se rêvait stable, progressiste, toute à la fois égalitaire et libérale ?


Les « musiques du monde » nous préparent-elles à ces changements ? Ont-t-elles un rôle à jouer, à force de fusions, dans une Europe où le dialogue interculturel aura besoin de progresser ?


En filigrane, entre concerts et rencontres, c’est ce que le public pourra chercher dans la 18è édition des Joutes Musicales de Correns. Ce sont des préoccupations qui ont, semble t-il, été celles de la programmatrice de la manifestation, Françoise Dastrevigne.

Entrer dans la musique des autres

Françoise Dastrevigne, la programmatrice, a travaillé sur le thème des migrations. Parmi 22 concerts, cinq création en rendront compte (photo MN)
Françoise Dastrevigne, la programmatrice, a travaillé sur le thème des migrations. Parmi 22 concerts, cinq création en rendront compte (photo MN)
Du 22  au 25 mai, le Chantier, centre de création de nouvelles musiques traditionnelles, invite en effet à ce festival particulier, dédié aux musiques du monde.

L’ensemble Chet Nuneta, avec son travail (gravé sur CD) sur les « chants migratoires », Agora, dès le vendredi essaie ainsi de transgresser frontières et genres, pour « créer une musique inclassable » nous dit Michael Fernandez.

Le percussionniste de ce groupe marseillais, où chantent Anne Roy et Fouad Achkir avec Béatriz Salméron, prépare depuis des mois un spectacle « très mis en scène », qui fait entendre des chants trads du monde. « Nous avons voulu entrer dans la musique des autres et la refaire à notre goût » explique Miachel Fernandez.


Quatre classes d’écoles du Pays de la Provence Verte s’approprieront aussi ce parcours culturel et musical. Chet Nuna les aura accompagnés durant plusieurs mois avec l’aide des animateurs musicaux scolaires. Ce travail sera restitué lors des Joutes.


Avec « Dernier des Mohicans, avant dernier des Occitans », Daniel Biga et Alex Grillo, en 2012, déjà à Correns, nous avaient fait découvrir un voyage dans le temps de l’enfance restituée au Fort Gibbon, en français et en occitan.


Voici à nouveau Alex Grillo, cette fois avec l’artiste italienne Francesca Breschi, dans un projet de restitution-création à propos de l’œuvre poétique de Paolo Pasolini.

Blessures sublimées sur scène

Parmi les créations, A l'arrivée de mon retour, du Trio Brou Hamon Quimbert. A noter que la mise en polyphonie est due à Manue Théron (photo XDR)
Parmi les créations, A l'arrivée de mon retour, du Trio Brou Hamon Quimbert. A noter que la mise en polyphonie est due à Manue Théron (photo XDR)
Pour le fantastique cinéaste, écrire en frioulan était naturel et c’est dans sa langue qu’il composa ses premiers poèmes, puis qu’il les remania un an avant sa mort, en 1974. A Alex Grillo, le fond et la forme lui parlent, dans cette poésie. « Je suis né Frioulan, et si je suis venu chez nous à trois ans, je garde les sonorités en mémoire », explique-t-il.

Du programme de ces Joutes, émerge aussi la création des Blessures, qui nous vaudra, dimanche, la rencontre intéressante du chanteur basque Benat Achiary (Souvenez-vous de son projet de 2012, Béatiho, avec La chanteuse Guylaine Renaud, dont le résultat au disque avait été primé par l’Académie Charles Cros) avec la poétesse d’expression occitane Aurélia Lassaque et le globe-artiste Miqueu Montanaro. De concert avec le percussionniste marocain Anouar Dekkaki, les voici portant le dialogue des poésies française, occitane et arabe.

Les Joutes proposeront cinq scènes pour une vingtaine de concerts, pendant que 120 bénévoles pourvoiront au service de restauration, comme à l’hébergement des artistes et techniciens.

Dimanche 10 Mai 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.