Catalogne : pourquoi le référendum d’autodétermination ?

Depuis que les Félibres ont chanté « Catalan de liuen o fraire… », nos voisins, frères linguistiques, ne nous laissent pas indifférents. Le premier octobre prochain ils choisissent de devenir indépendants, ou pas. Essayons d’expliquer pourquoi et comment.

Les médias français ont un mal certain à appréhender la réalité de la situation politique catalane d’Espagne. Avec, disons-le, une tour Eiffel en tête, les journalistes de la télévision hexagonale, en général, plaquent une conception française sur une réalité catalane.






            partager partager

Cinquante lycéens ouvrent les vannes de l’année Mistral


MARSEILLE / AIX / VITROLLES. En interprétant une adaptation du Pouèmo dóu Rose à l’Hôtel de Région ils ont enfin donné de Frédéric Mistral une image débarrassée de la naphtaline des traditions costumées, pour rendre compte du souffle de son œuvre. Et le Rhône ainsi chanté a charrié des valeurs de liberté et d’entente qui marquent la pensé du poète.



Chants en provençal, arabe et italien pour une oeuvre de la rencontre, des peuples, des gens, des idées (photo MN)
Chants en provençal, arabe et italien pour une oeuvre de la rencontre, des peuples, des gens, des idées (photo MN)
Bien sûr, il y a eu le discours du capoulié du Félibrige, fustigeant « l’abominable machine de la centralisation qui depuis des lustres agrandit son domaine et décuple ses funestes effets ». A l’heure où l’Etat impose aux collectivités en leur ôtant leurs moyens, le Félibrige préfère, c’est certain, l’idée mistralienne, plus fédéraliste, qui voudrait, dans les régions, « développer les élans de l’homme, lui donner des responsablités, l’obliger à se gouverner », dixit toujours le capoulié Jaque Moutet.
 
Mais si le président de la Région, Michel Vauzelle, et le capoulié du Félibrige, Jaque Moutet, co-présidaient cette journée du 15 mai 2014 dédiée à Frédéric Mistral, les véritables acteurs de cette soirée étaient plus anonymes.
 
On les a ensuite vus sur scène. Une cinquantaine d’élèves de seconde et première des lycées Jean Monnet, à Vitrolles, et Paul Cézanne, à Aix-en-Provence ont joué et chanté sur une trame prestigieuse, Le Poème du Rhône, du même Mistral.

La liberté par le fleuve

Le chant qui symbolise la liberté de l’homme par le fleuve impétueux, publié en 1897, a été adapté à la scène de façon parfois très enlevée, par Didier Maurell, le professeur de provençal des deux établissements.
 
« Que nous dit cette œuvre, sinon que la liberté est le bien précieux entre tous, » nous a ensuite expliqué l’enseignant. « Alors que cette liberté se réduit toujours plus, il m’a semblé important d’en faire partager l’idée à nos lycéens, et de leur montrer que des œuvres littéraires peuvent porter cette valeur fondamentale ».
 
Les lycéens, qui avaient répété durant trois mois ce spectacle chacun dans leur lycées respectifs, étaient à pied d’œuvre depuis le matin à huit heures. Et à huit heures du soir, ils l’étaient encore, après avoir donné deux représentations à un public trop nombreux pour que chacun puisse trouver une place assise. 

L'oeuvre qui charrie l'idée de liberté et de respect

Adaptée par Didier Maurell, l’œuvre a bénéficié des créations musicales et scénographiques de Philippe Franceschi, avec l’aide des vidéos de Marie Passarelli. Un trio musical a soutenu le chant des lycéens : Christiane Ildevert, Patrice Gabet avec Philippe Franceschi. Le technicien du son David Bechu et le rédacteur des sous titres Vincent Cladere ont complété cette équipe qui a d’abord compté sur la créativité des lycéens.
 
-          « Vos vers, ça nous endort, c’est trop répétitif, monsieur ! » avaient reproché les élèves durant les répétitions.
-          « Bon, mais que proposez-vous pour rendre ça plus vivant alors ? »
-          « Il faut plus d’action, et faire parler davantage les personnages ! »


Et de ce travail collaboratif, il est sorti un spectacle tout en eaux vives, et très applaudi.  

On peut penser qu’au sommet du Parnasse, le brave Mistral se sera pincé la barbichette de satisfaction, constatant que son œuvre était encore assez vivante pour être un peu essorée par des jeunes quelque cent vingt ans après sa naissance.
Les lycéens ont joué à guichets fermés deux représentations (photo MN)
Les lycéens ont joué à guichets fermés deux représentations (photo MN)

Dimanche 18 Mai 2014
Michel Neumuller





1.Posté par Laberinto Anne le 21/05/2014 21:25
Tras que bèn qu'aqueli jouvènt aguesson asata à soun biais la tant bello obro qu'es lou Pouemo dou Rose.Segur que fau de cop despousseja lis escrit e li faire viéure autramèn. Osco! urousamen s'es déjà fa!
Empacho pas que li vièi e li gènt coustuma sempre empegua de naphtaline fan viéure Mistral d'une autro façoun e que li fau pas mespresa pèr aco meme se nous agrado pas toujour.
A souveta que li jouvènt qu'an "viscu" lou Pouemo dou Rose aguesson près counsciençi de sa lengo e de soun identita.

2.Posté par Greffeuille johanna le 07/03/2017 15:52 (depuis mobile)
Je faisais parti de ces élèves et je peux dire que ce fut et ce sera la plus belle expérience de toute ma scolarité

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


300 ! un dossier spécial Catalogne à l'heure décisive

Dison que...

Primadié, Jòrgi Reboul, Pèire Rouquette, votre souffle nous inspire

Le référendum pour l'indépendance de la Catalogne est jugé illégal par le Tribunal Constitutionnel Espagnol. Aussi le gouvernement judiciarise cet événement politique, et fait taire les sites internet qui en informent les citoyens.

La gravité croissante des évènements de Catalogne nous interpelle. Bien sûr c’est loin d’être le seul pays au monde à connaitre ce type de tension. Et nous vous avons peu parlé de la Syrie ou  de la Libye…

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.