La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

Avec les Dictadas la langue ocitane s’affirme stylo en mains


La désormais traditionnelle Dictada a réuni des centaines de concourants en Provence et jusqu’à Gap. A Nice ils étaient particulièrement nombreux, à Pignans ils ont planché sur un texte historique, pendant qu'à Gap et Orange ils attiraient toute la communauté éducative.



« C’est un moyen de souligner que la langue écrite en vaut une autre. Ceux qui participent à ces Dictadas affirment par là qu’ils écrivent une langue, et non un patois ; et ils le font de l’Atlantique aux Alpes d’Italie. Ce sentiment  d’unité de la langue dans la diversité de ses dialectes est ainsi exposé pour tous ceux qui veulent bien prêter attention à cet évènement ».
 
Interrogé aux portes de Marseille, où il participe à cette Dictada, le président de l’Institut d’Estudis Occitan Pèire Brechet, trouve un écho à son discours, avec les mots de l’adjointe au maire de Septèmes, déléguée à la Politique de la Ville, Elisabeth Perrenot-Marque : « la diversité fait le ciment de notre nation, et c’est tellement positif d’affirmer cette diversité avec ce moment festif que nous accueillons chaque année ! »
 
Simples dictées en occitan, souvent dans les deux graphies de la langue d’oc, les « Dictadas » sont organisées dans 46 villes entre Bordeaux et la frontière italienne. Le Centre Fraternel Occitano-Catalan organise aussi la sienne à Barcelona. On compte par milliers les locuteurs qui s’y adonnent.

A Nice l'union associative a fait de la Dictada un événement public

Dans les Bouches-du-Rhône les écoliers avaient fait la Dictada la veille, mais les familles ont fait ensuite le voyage jusqu'à Septèmes (photo MN)
Dans les Bouches-du-Rhône les écoliers avaient fait la Dictada la veille, mais les familles ont fait ensuite le voyage jusqu'à Septèmes (photo MN)
En Provence elle a été organisée à Nice, où elle a eu un relief particulier. 130 personnes en effet y ont concouru. Jusqu’à présent deux associations organisaient chacune la sienne. Elles ont unis leurs efforts, et rassemblé. Les élus locaux invités à voir ce qu’il en était, sont repartis impressionnés. Gageons que les projets de l’IEO 06 comme ceux du Centre Culturel Occitan s’en verront mieux compris et aidés.
 
A Orange et à Gap, c’est la présence d’une calandreta, école bilingue, qui amène nombre de parents à cette dictada, qui souvent se termine en fêtant les Rois, ou par un loto, quand on n’organise pas l’un et l’autre, comme à Septèmes.
 
Parents d’élèves et enfants sont venus nombreux, au centre culturel Aragon de cette cité, chercher les lots gagnés lors des dictées…qu’ils ont faites vendredi.

Un parent : "l'apprentissage du provençal devrait être reconnu d'utilité publique en Provence"

« C’est qu’il était devenu difficile de demander aux élèves de venir faire une dictée le samedi, peu faisaient l’effort » explique Nathalie, professeure des écoles à Marseille. « Aussi plusieurs écoles l’ont organisée durant le temps scolaire, à Marseille, Aubagne et Maillane. Les familles sont ensuite venues nombreuses, ici, pour la part festive de la dictada ».
 
Ce que ne regrettent pas Amandine et Daniel, dont la fille apprend le provençal à l’école Mermoz d’Aubagne. « On a pris conscience, avec notre fille, du nombre phénoménal de mots qu’on emploie en français régional et qui viennent de l’occitan ! » Pour eux, c’est simple, l’apprentissage de la langue devrait être reconnu d’utilité publique dans toute la Provence, et mieux partagée.
 
Et le loto qui a suivi la remise des nombreux prix ne les aura pas démentis. Beaucoup se sont senti en territoire mental et lexical connu…  « lo vielh ! » annonce  Miqueu Arnaud, en grand maître du boulier, « nonanta ! » répondent en chœur les participants en plaçant le jeton sur la case 90 ; « E coma se crompan lei ústrias ?… », « per doge, segur ! »… et tous ceux qui ont le chiffre douze sur leurs cartons de boucher la case correspondante.
 
Bref, apprendre en s’amusant ne s’arrêtait pas toujours à la dictée ce jour-là.
A Gap (photo) comme à Orange, ce sont les parents de la Calandreta, école immersive bilingue, qui ont fait le succès de la Dictada (photo Faure DR)
A Gap (photo) comme à Orange, ce sont les parents de la Calandreta, école immersive bilingue, qui ont fait le succès de la Dictada (photo Faure DR)

Lundi 2 Février 2015
Michel Neumuller





1.Posté par BAQUIE le 04/02/2015 17:31
Aquest an es un collectiu de 6 associacions qu'a organizat la dictada occitana a Niça dins un luec prestigios d'ensenhament, da saupre lo licèu Massena : http://ieo06.free.fr/spip.php?article2863 . Aquò a pagat que 130 personas l'i an participat en presença dau conselher municipal au patrimòni e a la cultura e lo conselher de la rectritz de l'acadèmia de Niça. Lo quotidian Nice-Matin l'i consacrèt 2 articles, la ràdio Nissa Pantai èra presenta e tanben la TV Nice Azur (canal 31). Da signalar que l'IEO-06 organizava tanben una dictada (en ligurian) a Saorj.

2.Posté par Mar le 04/02/2015 20:05 (depuis mobile)
A Orange: c''est le lycée public qui accueille la dictée. De nombreuses associations sont présentes : Ieo, Felibrige, Parlaren. La dictée est organisée par l''association Ben Lèu. Des lycéens ou collégiens du public y sont aussi présents.

3.Posté par Viviana Roux le 05/02/2015 08:07
Osca a totei per lei Dictadas e particuliarament lei dei pichons e per lo lotò que s'es fach dins la bòna umor sembla, òsca per lo reportatge que permet a aquelei que i èran pas de se faire una idèia e de donar enveja de i anar a d'autrei!
Ai tot mancat qu'èra pas aquí aquest'an! mai a l'an que vèn e se i siam pas mai que i siguem pas mens! Viviana

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.