La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

Au trin que van lei causas…


Priorité à la réduction des retards et à la lutte contre la fraude. Les relations orageuses entre Christian Estrosi et la SNCF ont accouché d’un protocole d’accord. N’y cherchez pas d’analyse sociale des problèmes jusqu’alors insolubles…



Attente à la Gare Saint-Charles de Marseille. Avec 20% de trains régionaux en retards, les pénalités payées par la SNCF oscillent entre 2 et 5 M€ l'an. Leur versement aux usagers est à l'étude (-photo MN)
Attente à la Gare Saint-Charles de Marseille. Avec 20% de trains régionaux en retards, les pénalités payées par la SNCF oscillent entre 2 et 5 M€ l'an. Leur versement aux usagers est à l'étude (-photo MN)
Vint dau cent dei trins regionaus acusan un retard. Fa un brave moment que la Regien Provença romega e tòca d’argent de penalitats : « entre dos e cinc miliens per an, segon lo niveu d’aquelei retards » qu’a ben vòugut reconéisser Guillaume Pepy, lo president de la SNCF, vengut en persona a la Regien, divèndres 29 de janvier, per signar una convencien amé Christian Estrosi, lo novèu president de Regien.
 
Aurián totei dos agut una discutida chavanosa lo 21 de decembre passat, alòr qu’Estrosi veniá tot bèu just d’èstre elegit.

E coma la règla dei vint dau cent marchava pereu per lei fraudas, li an fach encara un subjèct per se charpinhar. 

Lo resultat n’es la convencien que lei ligan ara per, d’un costat, remborsar una briga lei usatgiers que patisson d’aquelei retards, empacha màger dins una jornada de trabalh que comença o que s’acaba, e d’un autre latz mai cochar lei non-pagaires que montan dins lei trins.

Portegues antiterrotistas o antiresquilhaires ?

Se se son charpinhats, Se veson pus lei garrolhas entre Christian Estrosi e Guillaume Pepy (photo MN)
Se se son charpinhats, Se veson pus lei garrolhas entre Christian Estrosi e Guillaume Pepy (photo MN)
Lo sistèma de remborsament passarà segur per la Regien, qu’empochava jusqu’ara lei miliens per lei versar au budgèt generau. Mai deu èstre « experimentat quauquei setmanas » dins lo Var, ditz G. Pepy.
 
E tres sistèmas de portegues son ara a l’estudi, que la SNCF deurà leu ne’n chausir un. Mai la Regien a demandat au pòle de competitivitat Soluciens Comunicantas Seguresadas d’imaginar un biais de destriar tot d’un còp lei marrits pagaires e lei calachnicòvistas que podrián montar dins un trin… Aquí tanben totei prometon una responsa ben lèu. E, segur, signe dei temps, la telesusvelhança serà encara afortida.
 
De tot biais l’epòca sembla pas favorabla a una analisa sociala dau fenomèn de frauda, dins una Provença onte s’amolonan lei paures e caumaires que vivon sa situacien coma l’enebicien de bolegar.
 
Am’ aquò, s’oblida un pauc que, a ce que sembla, l’ofèrta de la SNCF en trins regionaus baissarà. Am’un sens de la formula, lo president Estrosi resuma ce que vòu faire : « mens de trin, de trin melhor ».
 
Au revenge, per limitar l’efèct deis empachas materialas ai trins, pensa de ne’n milhorar la mantenènça, am’un novèu atalhier, que la SNCF bastirà en país nissart. A l’ora d’ara totei lei trins regionaus son reparats a Marselha Blancarda. 

Dimanche 31 Janvier 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.