La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

Andrieu Molino : « L’Estat deu pagar per lo desvolopament de Marselha »


En pleine continuité urbaine avec Marseille, Septèmes se demande comment exister avec originalité. Son maire Front de Gauche mise sur la culture. Mais il redoute que l’Etat ne se défausse en faisant peser le développement de Marseille à des communes qui ne pourraient plus favoriser la « convivéncia ».



André Molino, maire de Septèmes : "L'Etat doit apporter à Marseille les moyens du développement, et ne pas imaginer que les petites communes peuvent le faire à sa place" (photo MN)
André Molino, maire de Septèmes : "L'Etat doit apporter à Marseille les moyens du développement, et ne pas imaginer que les petites communes peuvent le faire à sa place" (photo MN)
Siatz au cap d’una « comuna frontiera » d’onge mila abitants, que la limita se vei pas amé Marselha. Coma faretz veire vòstra originalitat deman, am’una Metropòli que vos serà impausada ?

Andrieu Molino - Nòstra tòca es d’afavorisar lo « viure ensems », la convivéncia. Amé tota una tiera d’activitats qu’atrivan d’alhors nòstrei vesins marselhés.
 
Sabètz, per la Santa-Ana, fèm un alhòli gigantàs per cinq cent personas, que mai que d’una vèn de Marselha. E per leis Operetas Marselhesas que prepausam, separam pas lei Setemencs deis autres ! E pas mai a nòstra bibliotèca Jòrgi Reboul, nimai per la Dictada Occitana qu’aculhiam aquí fa quinge jorns.

Ce qu’es important es d’acampar lo mai larg possible.
 
Es que vòstre vesin gigantàs vos fa paur ?

AM - Non ! Marselha es pas l’ògre que va manjar totei lei comunas. Aquelei se son desvelopadas perqué Marselha aviá d’emplecs per nòstreis abitants. E per Seteme es encara lo cas.

L’empacha nos vèn de l’Estat que vòu pas ajudar lo desvolopament de la vila-centre.

Espèra que seràn lei ciutats pròchas que lo pagaràn, en particulier aquelei qu’aprofiechan dei revenguts dau Plan-de-Campanha, aqueu quartier gigantàs de la granda distribucien. Nosautres a Seteme ne’n tocam pas un centime !

Ieu siáu pas còntra la Metropòli, mai deu èstre una entitat de projècts, per lei transpòrts e l’economia.

Mai fau vertadierament que l’Estat pague Marselha, per que s’endraia aqueu desvolopament.

Septèmes, 11 000 habitants, à cheval entre traditions et modernité, veut cultiver le "vivre ensemble" à une station de bus de Marseille (photo MN)
Septèmes, 11 000 habitants, à cheval entre traditions et modernité, veut cultiver le "vivre ensemble" à une station de bus de Marseille (photo MN)
Que ròtle per lei Comunas dins una Metropòli ?
 
AM - Ce que vòli pas es que ma comuna, Seteme, vengue una mena de « comuna de sector » coma n’i a a Marselha per chasque arredoniment.

Avètz que de legir lo projèct de lèi, per veire que la comuna flambèu decidirà de l’impost, e que nòstrei comunas auràn plus que de s’ocupar deis escòlas e dei centres sociaus.
 
Es la fiscalitat que sembla inquietar vòstrei collègas lei premiers cònsols dei Bocas-dau-Ròse.
 
AM - E s’entende ben ! Amé la creacien de la Comunautat Urbana de Marselha, en 1995, avèm vist nòstreis impòsts créisser de 108%.

Aurem una empacha pariera amé la Metropòli.

Mai Seteme, per dire qu’es pas consenta, aurà deman que la votz unica d’un delegat solet, fàcia a nonanta tres autres delegats.

Es per aquò qu’avèm decidits, a 85 premiers cònsols, de s’espatlar. Parlarem d’una votz dins lo quadre de la Metropòli, tala coma se mete en plaça.

De legir tanben : Ph. Langevin : « Nous ratons l’opportunité de créer une grande Région méditerranéenne »

Mardi 17 Février 2015
prepaus rebalhats per Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Aquò d'Aquí de juin entre émotions et raison

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.