Catalogne : pourquoi le référendum d’autodétermination ?

Depuis que les Félibres ont chanté « Catalan de liuen o fraire… », nos voisins, frères linguistiques, ne nous laissent pas indifférents. Le premier octobre prochain ils choisissent de devenir indépendants, ou pas. Essayons d’expliquer pourquoi et comment.

Les médias français ont un mal certain à appréhender la réalité de la situation politique catalane d’Espagne. Avec, disons-le, une tour Eiffel en tête, les journalistes de la télévision hexagonale, en général, plaquent une conception française sur une réalité catalane.






            partager partager

Abonnez vous à Aquò d'Aquí et sauvez la presse en langue régionale de Provence


URGENCE. Plus de trois mille personnes ont lu notre appel en une semaine. Combien s'abonneront-elles ? De la réponse dépend la poursuite de notre aventure éditoriale au service de votre culture régionale.



Vous abonner dès aujourd'hui nous permettra d'agir au long terme pour faire passer la langue d'oc en Provence, d'une génération à l'autre
Vous abonner dès aujourd'hui nous permettra d'agir au long terme pour faire passer la langue d'oc en Provence, d'une génération à l'autre
Aquò d’Aquí n’est pas la propriété d’un grand groupe de presse. Aucun actionnaire de mise dessus. Ce journal de militants n’a pas les moyens des grands magazines en couleurs sur papier glacé. Son équilibre économique dépend des subventions des collectivités territoriales et de ses abonnements. 

25€ par an, le prix d'une information bilingue sur une société ouverte, en danger de fermeture...

Philippe Langevin, président de l'association éditrice d'Aquò d'Aquí
Philippe Langevin, président de l'association éditrice d'Aquò d'Aquí
Dans le contexte budgétaire d’aujourd’hui, ces aides publiques ne sont pas acquises. Loin de là. Le Conseil Régional Provence Alpes Côte d'Azur vient d’abaisser celle qu’il nous octroie. Et dans des proportions importantes, quasi moins 30%. Avec les baisses, moins importantes, que pratiquent d'autres collectivités, la perte d'Aquò d'Aquí atteint les 8000€. Pour continuer à paraître, Aquò d’Aquí doit impérativement accroître fortement le nombre de ses abonnés.
 
Il serait infiniment regrettable que le seul mensuel bilingue de Provence- Alpes Côte d’Azur ne soit plus en situation de paraître. Vous devez le savoir, le site internet que vous visitez, ne peut vivre qu’avec son édition mensuelle, qui aura trente ans, nous l’espérons, l’an prochain.
 
D’une façon générale, la disparition d’un journal est toujours celle d’une partie de nos libertés. Plus spécifiquement, Aquò d’Aquí est un média d’information sur l’ensemble des sujets concernant la vie  économique, sociale, et pas seulement culturelle de notre territoire. Il propose des dossiers et des articles en français et en occitan : provençal, niçois ou vivaro-alpin,  en acceptant la graphie utilisée par chaque auteur. Cette ouverture, cette manifestation de respect, c’est un de ses fondements. La perdre serait un recul considérable pour le régionalisme en Provence. Lui, nous le voulons ouvert, prêt à débattre, sérieux dans son rapport à l’actualité et au débat de société, là où d’autres officines l’aimeraient racorni sur la seule idée patrimoniale, et le dogme confit dans la naphtaline. Mais plus encore, Ce journal s’oblige à suivre au plus près les manifestations en rapport avec notre langue et notre histoire. Elles, sont le socle de notre avenir et son véhicule.

En informant en lengo nosto sur l'actualité de la société provençale, en informant en français sur la création en occitan, nous pensons tenir un rôle indispensable pour que les Provençaux continuent à faire entendre leur originalité dans le monde.
 
Dans une mondialisation financière sans règles ni lois, à la faveur aussi des nouveaux moyens de communication et de la gratuité de l’accès à d’innombrables sites Internet, les éléments structurants de notre histoire et de notre patrimoine ont tendance à s’effacer devant une conception technique de la modernité. Celle-ci évacue toute référence aux histoires, aux cultures et aux langues que l’on dit locales. Mais voilà, notre propre conception de la culture n’est pas celle de l’enfermement dans des identités douteuses, mais bien celle de l’ouverture au monde.
 
A ce titre, le provençal, le niçois, le gavot ne sont pas des langues locales. Notre langue d’oc, comme toutes celles que l’on dit minoritaires, relève de l’universel. Ce n’est pas celle des seuls Provençaux, qui la parlent hélas de moins en moins. C’est celle des amoureux d’un territoire bouleversé par de grands aménagements, souvent conduits dans les normes banalisées de l’architecture internationale. Ils souhaitent comprendre comment bat le cœur d’un espace dont la réputation n’est pas toujours conforme à la réalité. C’est la langue, même s’ils ne la parlent pas, des nouveaux arrivants qui s’intéressent à la vie de leur territoire d’accueil, qui veulent comprendre sa construction et qui s’interrogent sur le nom des gens et l’origine des lieux. C’est celle d’une histoire longue, jamais tranquille. C’est aussi celle des défenseurs d’un patrimoine en péril, qui passent souvent plus de temps à s’opposer sur des subtilités lexicales, qu’à s’unir pour faire face à l’uniformatisation des comportements.
 
C’est pourquoi Aquò d’Aquí est un partenaire actif du Forum d’Oc qui regroupe les grands mouvements culturels de la région, comme le Félibrige, l’Institut d’Etudes Occitanes, les Calandretas et l’Association pour l’Enseignement de la Langue d’Oc.
 
Nous lançons aujourd’hui un appel aux abonnements. Car beaucoup de personnalités qui nous ont fait part, à diverses occasions, de leur soutien, ne sont pas abonnées. Un grand nombre de personnes, qui partagent nos valeurs, ne nous connaissent pas. D’anciens abonnés ne renouvellent pas leur abonnement. De ce fait, nos recettes s’épuisent. Par inadvertance de ses bienveillants soutiens, notre Provence risque de perdre l’unique journal bilingue, attaché à l’innovation sociale et aux valeurs de partage, qui soit réalisé par des journalistes professionnels. Nous ne pourrons pas continuer longtemps à jongler sur le fil du rasoir, si nous ne nous appuyons pas sur un socle de fidèles qui acceptent de donner 25€ par an pour que vive notre histoire.
 
C’est aujourd’hui qu’il faut réagir.
 
Aussi, chers lecteurs, je vous appelle à soutenir les valeurs d’ouverture que vous voulez voir partagées par un public plus nombreux, plus large. Je vous demande de formaliser ce soutien en vous abonnant, en nous permettant de faire vivre ces valeurs, en votre nom, et en langue régionale.

Le chèque que vous enverrez à notre adresse postale, nous en ferons l'arme qui combat l'uniformité du monde, l'outil qui construit la société ouverte qui valorise sa langue régionale.

Numéro spécial soutiens (y aura du beau monde!) début juin, l'occasion de vous abonner avant sa publication.

Mercredi 25 Mai 2016
philippe Langevin, directeur de publication




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d’Aquí de septembre marche sur les cendres

Dison que...

France info et l'altérité

Si vous voulez comprendre ce qui se joue en Catalogne, croyez-moi, évitez les médias publics français.

France info et l'altérité
ça ne s'arrange pas. La couverture du référendum catalan pour l'indépendance prévu pour le 1er octobre prochain est toujours aussi mal assurée par la plupart des chaînes de TV et stations de radio publiques françaises.



 

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.