La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

A Cogolin : « Lo XVenc còrs e non Barrès ! » per quatre istorians


VAR. Le maire FN de la commune varoise ne parlait plus de donner à un parking le nom de l’idéologue nationaliste détracteur de l’homme méridional. C’est qu’il brigue un mandat de conseiller régional. Quatre historiens viennent pourtant d’enfoncer le clou, et réclament des noms de rue pour les soldats du XVè corps.



Jean-Marie Guillon : "plus personne ne lit l'écrivain Barrès, il s'agit bien actuellement d'une référence idéologique" (photo MN)
Jean-Marie Guillon : "plus personne ne lit l'écrivain Barrès, il s'agit bien actuellement d'une référence idéologique" (photo MN)
« Maurici Barrès es d’aquéleis intellectuaus que diguèron que lei Meridionaus colonisàvan la França » aplomba Jan-Maria Guillon.

E l’istorian de citar lo clairon dau nacionalisme francés : « aqueu disiá que « aquélei frivòleis Miegjornaus son la causa vidanta d’aviliment dei consciéncias, de l’abaissament morau e politic de França » (in La Patrie, 1903). Es un qu’alestissèt moralament lo marrit procès que lei bailes de l’Estat faràn puei au XVen còrs en 1914 ».
 
Lo problema es que lo premier cònsol de Cogolin, lo FN Marc-Estienne Lansade, voliá sonar « Maurici Barrès » un parcament de veituras en projècte.

La proposicien siguèt facha en julhet 2014, en consèu municipau, alora que veniá d’èstre elegit dins la comuna varesa de dètz mila abitants.
 
Ara brama que leis istorians vòlon li faire un marrit procès per rason politica.

L’òme serà ben sus la tièra dau FN ai Regionalas, alora que lei sondatges li dónon la premièra plaça.

"Li agradariá mai sus lo moment, segur, d’escafar una briga sei referéncias idelogicas" ajusta JM Guillon.

Barrès avait alimenté le racisme anti médidional qui fera des ravages au début de la 1ère Guerre Mondiale

Es qu’a la mitat dau mes d’avost quatre istorians –JM Guillon, amé Maurici Mistre, Laurenç Pavlidis e Bernat Romagnan - an publicat una letra dubèrta dins lo quotidian Var Matin an aqueu prepaus.
 
« Aquela chausida seriá una injúria a la memòria dei sordats provençaus mòrts per la França dins la premièra guerra mondiala », en particulier dei Cogolinencs mòrts en 1914, justament alora que lei generaus leis avián mandats se faire chaplar en Lorena.
 
ME Lansade qu’es pas Provençau a l’origina, benleu saup pas aquò, mai coneisse ben la tòca de Maurici Barrès. « Segur Barrès es tamben un escrivan, mai per èstre onèste, a l’ora d’ara plus degun lo coneisse per son òbra. Es ben l’inspirator dau nacionalisme francés que lo cònse vòu glorifiar ».
S'il faut donner un nom au parking de Cogolin, pour les quatre historiens il est préférable de se souvenir des soldats provençaux du XVè corps, massacrés puis diffamés en 1914 (photo XDR)
S'il faut donner un nom au parking de Cogolin, pour les quatre historiens il est préférable de se souvenir des soldats provençaux du XVè corps, massacrés puis diffamés en 1914 (photo XDR)

Silence radio jusqu'aux élections régionales

Maurici Barrès, naissut en Lorena en 1862, a desvolopat sa pensada dins de jornaus coma La Cocarde que n’en serà lo baile, alora qu’es elegit deputat bolangista. Au moment de l’afaire Dreyfus cridarà que lo capitani jusieu « es capable de traïr, lo dedusi de sa raça ».
 
L’ideològue combatrà pereu l’intrada d’Emili Zòla (un Sestian !) au Panteon. « Monsur Zòla, lo regardi a sei racinas : aquel òme es pas un Francés », bòrd que sei rèires serián Venicians.
 
« Segur qu’a l’ora d’ara, amé leis elecciens regionalas, lo partit dau cònse de Cogolin fai oblidar sei referéncias lo mai possible » perseguisse Jan-Maria Guillon. « Mai per nosautres, aquelei que dévon èstre onorats dins la Comuna, son ben aquélei malurós sordats provençaus dau XVen còrs ».

Mardi 25 Août 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.