Catalogne : pourquoi le référendum d’autodétermination ?

Depuis que les Félibres ont chanté « Catalan de liuen o fraire… », nos voisins, frères linguistiques, ne nous laissent pas indifférents. Le premier octobre prochain ils choisissent de devenir indépendants, ou pas. Essayons d’expliquer pourquoi et comment.

Les médias français ont un mal certain à appréhender la réalité de la situation politique catalane d’Espagne. Avec, disons-le, une tour Eiffel en tête, les journalistes de la télévision hexagonale, en général, plaquent une conception française sur une réalité catalane.






            partager partager

A Bollène, le patrimoine provençal se collecte, se classe et se partage


Le Centre de Documentation Provençale regroupe plus de 6000 documents (coupures de presse non comprises) autour de la Provence. Depuis 1982, l'association Parlaren à Bouleno ?uvre pour la diffusion d'une documentation qui se fait chaque jour plus imposante. Livres, revues, disques, cassettes, dvd, coupures de presse, données électroniques... Une médiathèque modeste qui enferme un espace riche de ressources provençales en plusieurs langues.



Les locaux du Centre de Documentation Provençale vus de l'extérieur
Les locaux du Centre de Documentation Provençale vus de l'extérieur

C'est dans la vieille bâtisse de la rue St Sacrement que se présentent des étagères bourrées de livres. Le Centre de Documentation Provençale est une invitation à explorer tout ce qui s'y trouve.

Jean-Marc Courbet, responsable du centre et Majourau du Félibrige, nous y accueille.

Toutes les informations regroupées concernent « une
Provence dans sa plus large géographie, avec des limites floues, entre Lunel et Die » selon le Majourau.

Et de préciser « On n'a pas voulu faire un doublon du CIrdoc. 


«Les gens nous posaient des questions, on a fait ce qu'il fallait pour leur être utiles»

Ici, un extrait manuscrit du dictionnaire de Simon Jude Honorat ("Instructions relatives à la construction de mon dictionnaire provençal")
Ici, un extrait manuscrit du dictionnaire de Simon Jude Honorat ("Instructions relatives à la construction de mon dictionnaire provençal")

Tout est parti avec Parlaren, l'association créée à la fin des années 1970 pour faire avancer en pratique la cause de la langue d'oc en Provence.

Initialement, « c'était une bibliothèque pour les membres de l'association » explique Jean-Marc Courbet.

Mais très vite, ils réalisent que « beaucoup de gens (leur) posaient des questions sur la Provence ».

Et s'en est suivi un long dévouement à cette bibliothèque devenue le Centre de Documentation Provençale.

Des membres bénévoles de Parlaren accueillent désormais sur RDV.

«  On peut préparer les documents, les gens viennent et consultent » assure Jean-Marc Courbet.

Et pour les plus éloignés, pas de panique : «On peut photocopier et scanner. Qui a besoin d'un renseignement a ce qu'il veut en 5 minutes». 


Un certain professionalisme

Ce qu'on pourrait qualifier de médiathèque associative permet de «renseigner le monde sur la société en général, le tout subdivisé et directement lié à la Provence de près ou de loin» fait remarquer le responsable.

Les demandes continuent d'affluer de la part des Provençaux mais plus largement des Européens, aussi lointains soient-ils.

En 2014, pas moins de 64 sollicitations ont été adressées au centre.

Le Centre de Documentation Provençale a un fonctionnement quasi professionnel bien que des bénévoles le gèrent.

Des tiroirs remplis de fiches bristol, nommées, référencées, colorées contiennent des «renvois à des informations liées à d'autres classements».

Mais ce centre de Bollène comporte aussi un répertoire numérique des données fondamentales. «On a fait évoluer les matériels avec le temps. Ici, c'est de la mise à jour permanente» constate Jean-Marc. 


Un patrimoine pour tous les Bollénois

Bollène était-elle une ville pertinente pour un tel projet ? «On s'est dit ''Pourquoi pas Bollène ?'' : on avait ce local prêté par la mairie, une sortie d'autoroute et une gare» explique le responsable.

Selon lui, la situation du centre n'est pas un frein pour les demandeurs.

«Avec internet, la localisation n'a plus aucune importance» fait-il remarquer.

Déjà 33 ans que le centre existe et aujourd'hui, «tout le fond est dévolu à la ville, ça appartient désormais à la population de Bollène : c'est indivisible et inaliénable» souligne le Majourau.

Et c'est aussi un lieu d'animation culturelle.

Samedi 11 avril 2015 à 16h30, le Centre de Documentation accueillera Anne-Marie Flezec, conservatrice de l'Harmas Jean-Henri Fabre, qui proposera une conférence dans le cadre du centenaire de sa mort. Un grand RDV où se mêleront diverses interventions orales (discours, lectures, chants...). A ne pas manquer.

 

 

Jean-Marc Courbet est le responsable du Centre de Documentation Provençale.
Jean-Marc Courbet est le responsable du Centre de Documentation Provençale.

Centre de Documentation Provençale PARLAREN : Parlaren à Bouleno – Mairie – 84 500 Bollène, e-mail : cdp@documprovence.comTél : 04 90 30 19 54 ou 04 90 30 41 39

Lundi 2 Mars 2015
Amy Cros





1.Posté par jausseran jeanmichel le 11/03/2015 17:28
Remarquable travail que celui de JMCourbet pour la Provence

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Un numéro aussi rural qu’international

Dison que...

Primadié, Jòrgi Reboul, Pèire Rouquette, votre souffle nous inspire

Le référendum pour l'indépendance de la Catalogne est jugé illégal par le Tribunal Constitutionnel Espagnol. Aussi le gouvernement judiciarise cet événement politique, et fait taire les sites internet qui en informent les citoyens.

La gravité croissante des évènements de Catalogne nous interpelle. Bien sûr c’est loin d’être le seul pays au monde à connaitre ce type de tension. Et nous vous avons peu parlé de la Syrie ou  de la Libye…

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.